Bon Plan – 100 ans de cinéma japonais : Troisième partie

La Cinémathèque Française organise le troisième volet de sa rétrospective consacrée au cinéma japonais //

La saison Japonisme se termine bientôt … Pour finir en beauté, pourquoi ne pas se plonger dans l’univers du 7e art de ce pays ? Fins connaisseurs ou simples amateurs, ce cycle de projections qui retrace l’histoire du cinéma japonais de 1925 à 2018, devrait vous plaire. Le premier volet était consacré aux origines, le deuxième présentait une cinquantaine de films réalisés de la Seconde Guerre mondiale aux années 2000.

Ce troisième volet cette fois est quant à lui consacré aux films récents réalisés aussi bien par des grands noms que par de jeunes réalisateurs à l’avenir prometteur. Il a lieu du 14 février au 18 mars.

Enterrée un peu trop prématurément, la vitalité du cinéma japonais ne s'est pourtant jamais véritablement démentie pour celui qui aurait la curiosité de s'y pencher attentivement. Il y a quarante ans déjà, certains spécialistes hexagonaux, rétifs à voir changer une cinématographie pour laquelle l'appropriation des codes culturels fut longue, ont pointé du doigt le délitement inexorable des studios japonais. Ces discours alarmants, révélant davantage une défaillance profonde de l'appareil critique qu'un vrai état des lieux de la production nipponne, n'ont ainsi pas permis d'identifier les nouveaux auteurs des années 1970 et 1980. Si la décennie suivante a tenté de rectifier le tir, cela n'a malheureusement pas donné un résultat suffisamment durable pour que des cinéastes comme Makoto Shinozaki, Shinji Aoyama, Ryosuke Hashiguchi et même Takeshi Kitano trouvent encore le chemin de nos salles aujourd'hui.

Alors pour quelles raisons cette baisse de fréquentation et de qualité significative, phénomène observable dans toutes les principales cinématographies du monde, paraît-elle si irrémédiable pour le pays du Soleil Levant ? Statistiquement parlant, il se porte pourtant plutôt bien : totalisant 228,57 milliards de yens de recettes en 2017, soit une augmentation de presque 3% par rapport à l'année précédente, la production domestique a ainsi ramené les blockbusters américains à la deuxième place du podium. Mais les chiffres ne permettent bien sûr pas de tracer les contours d'un cinéma qui nous parle au présent alors que l'on s'efforce encore aujourd'hui de le conjuguer au passé.

Cette troisième et dernière partie dévoilera une constellation de nouveaux noms et problématiques avançant en ordre dispersé : vengeance absurde contre l'État trouvant sa symétrie dans des tournois de sumo féminin (The Chrysanthemum and the Guillotine de Takahisa Zeze) ; récit d'une révolution par ses figures oubliées (Ernesto de Junji Sakamoto) ; destinées de trois personnages heurtés par la société (Three Stories of Love de Ryosuke Hashiguchi) ; décrochage sentimental par le biais des réseaux sociaux (A Bride for Van Winkle de Shunji Iwai)... Ou encore méditation surréaliste sur l'absurdité de la guerre (Hanagatami du vétéran Nobuhiko Obayashi). Ne négligeant pas non plus le film de genre avec le yakuza eiga (The Blood of Wolves) et même le kaiju eiga (Godzilla Resurgence), cette rétrospective Japonismes se clôt sur un panorama partiel, mais nécessaire et exaltant, du nouveau cinéma japonais.

Au programme :

Le 23 février :
La Maison au toit rouge de Yoji Yamada
A 16h15
The Tokyo Night Sky Is Always the Densest Shade of Blue de Yuya Ishii
Dear Doctor de Miwa Nishikawa
A 21h15

Le 24 février :
Three Stories of Love de Ryosuke Hashiguchi
A 17h15
Eureka de Shinji Ayoyama
A 20h

Le 8 mars :
Eureka de Shinji Ayoyama
A 14h30

Le 11 mars :
Three Stories of Love de Ryosuke Hashiguchi
A 16h30
Your Name de Makoto Shinkai
A 19h15
Rage de Sang-il Lee
A 21h30

Le 18 mars :
The Woodsman and the Rain de Shuichi Okita
A 21h30

Ce programme vous plaît et vous souhaitez vous rendre à l'une de ses projections ? Vous pouvez vous rendre sur place pour l'heure indiquée, comme dans n'importe quel cinéma, ou vous pouvez réserver sur le site de la Cinémathèque Française.

La Cinémathèque Française
Du 14 février au 18 mars 2019
51 rue de Bercy, 75012 - M° Bercy (6/14)
Tarif : 7 € - Tarif réduit : 5,50 €
>> Réservations 

 


Vous aimerez aussi…

© Creapills
  • Actu
  • Insolite

Insolite - Le Lac des Cygnes à 10 000 mètres d'altitude

Assister à un ballet dans un avion ? C'est la chance que des passagers d'un vol Air France en partance de Shangaï pour Paris ont eue. 

Galerie de l'Aiguillage - Frigos de Paris
  • Gratuit
  • Contemporain

Festival Sirènes. 0

Découvrir une galerie underground bien cachée dans les Frigos de Paris, agrémentée d'un bar branché et d'une exposition complètement décalée et gratuite, c'est par ici !

960x0
  • Actu

Actu - Les affiches ont désormais leur musée à New York

Les posters, traditionnellement accrochés dans les chambres d'ados ou dans la rue, ont désormais leur musée !

Rembrandt, La Ronde de nuit, 1642 © Rijksmuseum
  • Actu
  • Insolite

Actu - La restauration d'un Rembrandt en public

Une story de La Ronde de nuit ? // C’est un événement inédit et insolite que propose le Rijksmuseum d’Amsterdam : le musée national néerlandais entame la restauration d’une de ses toiles sous…