L'ombre de Karl Lagerfeld plane sur le défilé Chanel

Une première Fashion Week sans Karl Lagerfeld a eu lieu la semaine dernière. La maison Chanel a décidé de lui rendre hommage lors de son défilé du 5 mars à 10h30 au Grand Palais. //

  • Défilé Chanel
  • La collection présentée au Grand Palais, dans un décor de chalets.
  • La minute de silence en émotion
  • Présentation de la dernière collection
  • La collection est présentée au Grand Palais, dans un décor de chalets.

 

Le 5 mars aura été le point culminant de cette première Fashion Week avec le défilé Chanel sans Karl Lagerfeld. La maison a clôturé la saison en dévoilant la dernière collection du grand couturier, qu'il avait dessinée pour la marque. Toujours très attendue sur les podiums, Chanel avait a en effet signé sa saison automne/hiver 2019/20 par son plus grand génie, décédé le 19 février 2019, après 36 ans de règne à la direction artistique.

Ce défilé a été préparé par le couturier avec Virginie Viard, son « bras droit et bras gauche à la fois », qui a été désignée pour succéder à son mentor. Elle avait expliqué à l’AFP en 2015 être « complémentaire » avec le styliste : « Je le comprends bien, j’arrive à sublimer ce qu’il a envie de faire, j’ai compris où il voulait emmener Chanel ». En hommage à son génie, quatre de ses créations griffées Chloé ou Chanel, qui évoquent son goût pour le XVIIIe siècle, l'Art déco et le style Memphis, dont il fut un fervent collectionneur, sont temporairement présentées dans les collections du Musée des Arts Décoratifs. La disparition du couturier risque de susciter un très fort intérêt de la part des amateurs de haute couture, avec peut-être l’envie d’une dernière pièce à collectionner ?
Retour en vidéo sur cet hommage éblouissant :

Ce qui est sûr, c’est que la charge émotionnelle était de mise lors de ce vibrant hommage. Une minute de silence a été proclamée et les larmes ont coulé dans ce décor alpin immaculé. D’abord, il y a eu un silence de cathédrale, les mannequins se sont placées sur le seuil d'un chalet. Puis une minute de silence a été observée. Ensuite, la voix du "Kaiser de la mode" a retenti sous la grande verrière du Grand Palais : "C'était la première fois où une marque est devenue un truc de mode", lance-t-il, à propos de Chanel. Le défilé a ensuite débuté, ouvert par l'un de ses mannequins fétiches, Cara Delevingne. Toujours dans un profond silence, cette dernière collection dessinée par Lagerfeld est alors apparue, vibrante, le public ne s'autorisant aucun bavardage. Certains mannequins apparaissaient très émus, parfois des larmes coulaient. Seule Penélope Cruz a défilé avec le sourire. Le défilé s'est clôturé par une standing ovation et beaucoup de larmes, au rythme de "Heroes" de David Bowie. Dans le public, de nombreux invités et journalistes mode se prennent dans les bras.


Vous aimerez aussi…

©Mario TAMA/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP
  • Actu

Les plus belles œuvres de street-art inspirées par l’épidémie et réalisées avant le confinement

Avant que les mesures de confinement ne s’abattent sur les pays du monde entier – ou presque - plusieurs artistes de street-art se sont exprimés face à cette crise sanitaire. On retrouve des murs embellis de diverses œuvres qui redonnent du baume au cœur débordant d’amour et d’espoir.

Pablo Picasso été 1912
  • Actu

Spolié, resitué puis mis aux enchères : la folle histoire d'un tableau de Picasso !

Le tableau de Picasso Tête de femme, que la National Gallery of Art de Washington a restitué la semaine dernière aux héritiers de son ancien propriétaire, banquier juif allemand spolié pendant la Seconde Guerre mondiale, va être mis en vente pour 10 millions de dollars.

Premier festival d'art urbain confiné Projet Saato coronavirus
  • Actu

Lancement du premier Festival d’art urbain confiné pour soutenir les hôpitaux

La plateforme Projet Saato lance le premier festival d’art urbain confiné et vend des œuvres de street-art pour venir en aide aux hôpitaux. La totalité des bénéfices sera reversée à l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris.

Pièces de monnaie vieilles de 300 ans découvertes sous une église en Slovaquie
  • Actu

Des pièces de monnaie vieilles de 300 ans retrouvées sous une église en Slovaquie

Caché sous le sol d’une église slovaque, ce trésor vieux de 300 ans a été mis au jour par une équipe d’archéologues. Dissimulées dans une cruche en céramique scellée, les pièces de monnaie ont miraculeusement été épargnées par les pillages.