BIGNAN // Flora Maxima

Domaine de Kerguéhennec
Du 30 juin au 3 novembre 2019

  • Bernard Joubert
  • Christine Crozat-N 07 Hommage a ceux qui ont perdu leurs jambes 75x60cm 2015
  • Bernard-Joubert_Kerguehennec
  • Charles Maussion
  • Anne Tastemain - Frondaison NI1712-1b, huile-papier97x134-2017
  • Anne Tastemain - Frondaison NI1712-2b, huile-papier 97x134-2017
  • Bernard Joubert- Aquarelles sur phototypies, 2012-2013
  • Bernard Joubert-2013-2012_encyclopedie_botanique_ensemble_de_60_aquarelles_sur_phototypies
  • Bernard Joubert-Aquarelles sur phototypies, 2012-2013
  • Christine Crozat-N 02 Hommage a ceux qui ont perdu leurs jambes

 

Qui peut se targuer de ne pas aimer les fleurs ? Certainement pas les artistes ! Henri Matisse, Ellsworth Kelly, Édouard Manet, Georgia O’keeffe : autant d’artistes issus de courants et de milieux différents et qui ont pourtant un point commun, avoir représenté des fleurs au cours de leur belle carrière artistique. Alors, quelle meilleure occasion de fêter l’été qu’avec une exposition florale, garantie sans clichés romantiques ni images prétextes ? Promenez-vous au milieu d’œuvres d’art diverses et variées (peintures, dessins, photographies, vidéos), qui rendent hommage à la puissance aromatique, aux couleurs fantastiques et à la beauté à couper le souffle des fleurs. C’est toute la quintessence du floral, ainsi que sa force expressive, qui est magnifiée à travers des visions quasi fantomatiques (on pense aux œuvres de Bernard Moninot et Josef Nadj), botaniques ou expressives (œuvres de Damien Cabanes et Marine Joatton…). Serez-vous capables de reconnaître et nommer les fleurs que vous observerez le long de cette promenade fleurie et artistique, comme ces Roses au fusain de l’artiste Janos Ber ? Cet accrochage aussi insolite que réjouissant comblera les passionnés de nature aussi bien que les citadins curieux ! À découvrir sans plus tarder.

« Dites-le avec des fleurs », dirait le proverbe. Capables d’exprimer un sentiment, une émotion ou un paysage, les fleurs sont dotées d’une forte portée symbolique et résument peut-être mieux que tout autre motif, notre condition humaine. Inspirant de nombreux artistes, elles incarnent souvent un paradis caché, à l’abri des regards, notamment chez Janos Ber. Parfois peintes, d’autres fois photographiées ou représentées sous forme de cyanotypes à l’image d’un spectre, leur présence est énigmatique. Il en ressort alors l’essence-même du monde végétal, sa puissance et son foisonnement dans un magnifique désordre. Il est toujours question de peinture ou de dessin, et pourtant leur parfum exalte les œuvres d’une aura mystique : dans une fleur, c’est tout le monde que l’on peut retrouver, de son origine au sens le plus littéral du terme, par la dimension sexuelle de certaines au cosmos. N’est-ce pas d’ailleurs le nom d’une fleur ? La portée du motif décoratif rejoint également ce vaste monde, mais ne vous y trompez pas : au premier regard, il apparaît plutôt séduisant, puis en s’y penchant de plus près, l’image se trouble et flirte aussi avec la mort dans des natures mortes et vanités. Résumant le cycle de la vie, les fleurs de ces artistes semblent vouloir partager avec nous des moments de bonheur de la vie, sans écarter pour autant sa dimension tragique.