Passée au crible : La collection Courtauld

Fondation Louis Vuitton
Du 20 février au 17 juin 2019

LE PARTI DE L'IMPRESSIONNISME

  • Vue de l'exposition La collection Courtauld, Fondation Louis Vuitton, Paris (72)
  • Vue de l'exposition La collection Courtauld, Fondation Louis Vuitton, Paris (71)
  • Vue de l'exposition La collection Courtauld, Fondation Louis Vuitton, Paris (70)
  • Vue de l'exposition La collection Courtauld, Fondation Louis Vuitton, Paris (69)
  • Vue de l'exposition La collection Courtauld, Fondation Louis Vuitton, Paris (68)
  • Vue de l'exposition La collection Courtauld, Fondation Louis Vuitton, Paris (67)
  • Vue de l'exposition La collection Courtauld, Fondation Louis Vuitton, Paris (66)
  • Vue de l'exposition La collection Courtauld, Fondation Louis Vuitton, Paris (65)
  • Vue de l'exposition La collection Courtauld, Fondation Louis Vuitton, Paris (64)
  • Vue de l'exposition La collection Courtauld, Fondation Louis Vuitton, Paris (63)
  • Vue de l'exposition La collection Courtauld, Fondation Louis Vuitton, Paris (62)
  • Vue de l'exposition La collection Courtauld, Fondation Louis Vuitton, Paris (61)
  • Vue de l'exposition La collection Courtauld, Fondation Louis Vuitton, Paris (60)
  • Vue de l'exposition La collection Courtauld, Fondation Louis Vuitton, Paris (59)
  • Vue de l'exposition La collection Courtauld, Fondation Louis Vuitton, Paris (58)
  • Vue de l'exposition La collection Courtauld, Fondation Louis Vuitton, Paris (57)
  • Vue de l'exposition La collection Courtauld, Fondation Louis Vuitton, Paris (56)
  • Vue de l'exposition La collection Courtauld, Fondation Louis Vuitton, Paris (55)
  • Vue de l'exposition La collection Courtauld, Fondation Louis Vuitton, Paris (54)
  • Vue de l'exposition La collection Courtauld, Fondation Louis Vuitton, Paris (53)

 

Elles arrivent tout droit de Londres et sont exposées pour la première fois à Paris. Elles ? 110 œuvres impressionnistes ayant appartenu à l’industriel britannique Samuel Courtauld réunies à la Fondation Louis Vuitton. Ce fabricant de textile et grand collectionneur d’art possédait des tableaux que tout le monde connaît sans jamais les avoir vus. Pour la première fois depuis soixante ans,cette collection est mise à l’honneur à la Fondation Louis Vuitton. Parmi eux, l’Autoportrait à l’oreille bandée ou Champ de blé avec cyprès de Van Gogh, des Manet tels que Bar aux folies-Bergère, ou Le Déjeuner sur l’herbe, Renoir avec La Loge– l’un des achats les plus chers de Courtauld –,Georges Seurat aussi avec sa Jeune femme se poudrant ou Gauguin avec Nevermore. Mais aussi Après le bain, les danseuses de Degas, Nu féminin de Modigliani, Pissarro, Sisley, Monet et sa superbe Vue du Golfe Juan à Antibes, Toulouse-Lautrec au Moulin Rouge, Bonnard, le Douanier Rousseau, etc.Vous avez la tête qui tourne ? C’est bien normal face à autant de trésors au centimètre carré ! Mais ça n’est pas tout. Courtauld est surtout connu pour avoir la plus grande collection de toiles de Cézanne outre-Manche : 13 œuvres, de la Montagne Sainte-Victoire au grand pin, à l’une des cinq versions des célèbres Joueurs de cartes, en passant par L’Homme à la pipe. Cette collection est d’autant plus incroyable quand on sait qu’il l’a constituée en à peine 8 ans, et qu’elle est aujourd’hui considérée comme la plus belle collection impressionniste du monde. A côté de cet exceptionnel enchaînement de chefs-d’œuvre que l’on n’avait pas vus depuis plus d’un demi-siècle en France, dix aquarelles de J.M.W Turner qui ont appartenu au frère du collectionneur, Stephen Courtauld, sont également exposées. Une exposition qui ne se contente pas d’être éblouissante, mais se veut aussi pédagogique, suivant un parcours chronologique qui retrace le développement de l’Impressionnisme et du Postimpressionnisme à partir des années 1860.