Carcassonne - Une collection d'art contemporain

Musée des Beaux-arts de Carcassonne
Du 28 juin au 6 octobre 2019

S’il y a bien une cité merveilleuse en ces beaux jours c’est évidemment Carcassonne, l’une des plus belles villes du monde. Direction donc son magnifique musée des beaux-arts, installé dans l’ancien Présidial, dominant la silhouette grandiose de la Cité Moyenâgeuse. Un musée réputé mondialement pour son vaste panorama de peintures occidentales des XVII, XVIII et XIXème siècles, ses faïences et ses tapisseries. Mais pour l’heure, notre musée est méconnaissable, tout d’art contemporain vêtu. L’invité ici se veut discret, il s’agit de Jacques Font, l’un des plus grands collectionneurs d’œuvres d’art contemporain actuel, très connu à Perpignan pour ses cinémas, tout récemment honoré par la médaille de chevalier des Arts et Lettres. Mais ce « passeur d’images » comme on le surnomme, se met ici en retrait, pour laisser s’exprimer les plus beaux chefs-d’œuvre de sa collection, l’une des plus prestigieuses de France. Un parcours éclectique d’une richesse absolument exceptionnelle, sur le principe du « un artiste-une œuvre », et notre collectionneur a choisi une à une 80 pépites de son trésor. Et des artistes, il en possède, avec ses œuvres signées Pierre Soulages dont on verra ici un outrenoir de 2014, Daniel Buren et son œuvre brûlée à l’acide, un César – celui du meilleur film étranger 2014 –, François Morellet, Geneviève Claisse et ses abstractions de couleurs, Knoebel (celui qui a réalisé les vitraux de la cathédrale de Reims après la guerre) avec un vernis rouge sur plexiglas, ou même une œuvre du street-artiste Jonone. Des noms connus, d’autres à découvrir comme Renato Nicolodi et sa toile de métal ou Jean Denant et son triptyque époustouflant. Une collection qu’il a composée de manière presque compulsive, en 15 ans à peine, guidé par ses coups de cœur et son œil visionnaire. Ici nous sommes invités à ressentir à notre tour cette passion pour les chefs-d’œuvre, avec une sélection qui mise sur les œuvres abstraites, plutôt en noir et blanc (mais pas seulement) et marquées par leur engagement politique et social. Une forme de déambulation initiatique dans une histoire de l’art contemporain écrite par la sensibilité d’un homme. Une magnifique manière de s’initier à un art trop souvent incompris, qui ne demande en fait qu’à être ressenti.

  • Mounir Fatmi, The year zero 04, 2012
  • Pierre Soulages, Composition 2014
  • François Morellet, Pi lourd n°2, 2011
  • Eva Nielsen, Babel, 2011
  • Geneviève Claisse, Cercles, 1970
  • Keith Coventry, Seyssel Estate, 1996
  • Lui Bolin, N°3 of Village So, 2009

 

Quels peuvent bien être les coups de foudre d’un collectionneur d’art contemporain ? Passeur d’images et passionné, Jacques Font prend très à cœur son rôle, qui consiste finalement à partager l’émotion qu’il a d’abord lui-même ressentie face aux œuvres. À travers plus de 80 choix très sélectifs du collectionneur, s’offre à nous un parcours initiatique sur l’art contemporain, entièrement consacré à sa collection personnelle. On y rencontre Soulages, Marfaing, Buren, Morellet, Knoebel, Claisse, JonOne, Nielsen, ou encore Meese. Leurs œuvres s’articulent autour du noir et blanc, de l’engagement politique et social, de l’abstraction et plus particulièrement l’abstraction géométrique. Que vous soyez néophyte ou déjà converti à l’art contemporain, cette sélection vous permet de traverser ce courant artistique tout aussi fascinant qu’énigmatique. Prenez les cercles de Geneviève Claisse : on pourrait croire que tout part de l’espace et des formes alors qu’en réalité l’artiste n’entamerait aucune œuvre avant de ressentir la couleur. Cette science innée des teintes picturales lui permet de proposer un fragment de son monde immatériel, où elle porte avec nous son regard au-delà du tableau, pour ne laisser agir sur elle que l’intuition de la création.