Il est plus beau d’éclairer au Collège des Bernardins

Collège des Bernardins
Jusqu'au 14 décembre 2019

Ode à la transmissionLe maître forme l’élève ; l’élève surpasse le maître. Le schéma est bien connu – mais pas toujours exact. Avec sa nouvelle exposition consacrée à la transmission, le Collège des Bernardins tente de tordre le cou à ce stéréotype qui a la peau dure. Anne Rochette, professeure à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, investit les voûtes historiques de la sacristie avec Gwendoline Perrigueux et Cyril Zarcone, deux de ses anciens élèves, artistes contemporains représentés aujourd’hui par la galerie Eric Mouchet.

 

Les œuvres conçues pour l’occasion – sculptures en hauteur, au sol, verticales ou horizontales, installations en métal, en bois ou en carreaux de faïence – viennent interroger le volume de la sacristie, proposant un regard neuf sur ce lieu atypique. L’occasion de repenser le rapport maître/élève au travers d’un dialogue intergénérationnel.

Le saviez-vous ?

La sacristie du Collège des Bernardins est tout ce qui reste de l’église construite en 1338 par le pape Benoît XII. L’édifice religieux a été en grande partie démoli au XIXe siècle afin de percer de nouveaux axes, dont la rue de Pontoise et le boulevard Saint-Germain.

A teacher and two of his former students revisit the magnificient arch of the Collège des Bernardins with multidimensional sculptures.