Kerguehennec
Kerguehennec

Un disciple de Banksy en provenance de Budapest

  • Mihaly Kolodko à coté d'une de ses petites statues "Lisa", un personnage des Simpsons, à Budapest, le 11 décembre 2019
  • Des statues du sculpteur Mihaly Kolodko sont exposées dans son atelier à Vac (près de Budapest), le 11 décembre 2019
  • Mihaly Kolodko travaille une de ses petites sculptures la "Cicciolina Madonna" dans son atelier à Vac (près de Budapest), le 11 décembre 2019
  • Mihaly Kolodko, artiste sculpteur s'attelle à une de ses œuvres "Cicciolina Madonna" dans son studio à Vac (près de Budapest), le 11 décembre 2019

 

10

Découverte ! Mais qui est Mihaly Kolodko ? Nous parlons d’un sculpteur ukrainien considéré comme le Banksy de Budapest. Son concept artistique consiste à semer dans différents recoins de la capitale hongroise de minuscules statues inspirées des dessins animés de son enfance. Pour mettre la main sur ces petites œuvres il est important d'être attentif, leurs petites tailles ne font pas d’elles une évidence pour nos regards éparpillés. Cela fait trois ans maintenant que l’artiste disperse ses productions au cœur de la ville de Budapest.

Pourquoi le compare -t- on au célèbre Banksy ? Simplement parce que Mihaly Kolodko utilise lui aussi l’art urbain comme canal pour exposer ses œuvres. Et, comme à l’habitude de Banksy M. Kolodko ne demande pas la permission !

"Bansky m'a inspiré et j'utilise le langage de la sculpture comme lui le fait avec sa peinture", explique ce barbu au regard mutin.

Néanmoins la réelle opposition qu’il y a entre ces deux artistes est celle de l’identité. Banksy, comme vous le savez est anonyme alors que M.Kolodko ne se cache pas de ses admirateurs.

Parmi ces sculptures de 10 à 15 cm de haut on peut apercevoir un lapin aux oreilles disproportionnées observant la ville depuis un perchoir du château de Budapest. Une œuvre appréciée par les passants ! Le but de l’artiste est vraiment de créer un langage permettant de communiquer avec les gens par le biais de l’art. Alors bien sûr certains admirent son travail et puis d’autres restes dubitatifs. C’est un peu comme tout vous me direz !

Ces petites statuettes sont parfois mal interprétées par certaines personnes notamment en faisant le lien entre la statuette et le contexte au cœur duquel elles sont disposées. Nous avons un exemple pour vous : en plaçant une chèvre souriante bricolant sur l’une des places récemment rénovées de la ville, l’artiste a été critiqué car quelques personnes y ont perçu une critique de la qualité des travaux.

"En fait, je voulais rendre un hommage aux travailleurs ukrainiens qui se rassemblent ici à l'aube en quête de petits boulots et dire qu'on peut faire bonne figure face à l'adversité", répond l'artiste.

Bien entendu les intentions de l’artiste ne se basent pas sur la provocation, il crée tout simplement en suivant son instinct. Des créations instinctives de plus en plus reconnues à l’égard du grand public. Un artiste à suivre de près !


Vous aimerez aussi…

Théâtre du Châtelet
  • À la maison
  • Festival

Après, demain, le premier festival digital du théâtre du Châtelet

Le théâtre du Châtelet entame sa révolution numérique avec son premier festival digital, Après, demain, lancé aujourd'hui et jusqu'au 12 juillet.  Au total, une centaine d'ateliers, de conversations et de performances seront accessibles en ligne gratuitement.

Pissarro_-_La_cueillette_des_pois
  • Actu

Une toile de Pissarro est restituée à une famille spoliée sous l’Occupation

Histoire incroyable : il aura fallu attendre 77 ans pour qu’une toile spoliée de Camille Pissarro soit restituée à la famille !

Twitter
  • Actu
  • Théâtre

Thomas Jolly investit des lieux atypiques pour pérenniser la saison théâtrale d'Angers

La crise sanitaire contraint les metteurs en scène à redoubler d'inventivité afin d'assurer la pérennité de leurs spectacles. Thomas Jolly, le tout nouveau directeur du Centre dramatique national-Le Quai d'Angers ne manque pas de solutions alternatives, respectant les mesures sanitaires, et lance à Angers une saison théâtrale "corona-compatible".

Sotheby’s
  • Actu
  • Dessin

Un dessin inédit de Victor Hugo vendu 37 500 euros

Les ventes aux enchères ne cessent de battre des records. Après des montants vertigineux chez Artcurial pour des ventes de dessins de Peter Brueghel et du Caravaggio, c'est au tour d'un dessin de Victor Hugo d'atteindre des sommets. « Départ du ballon », estimé à 18 000 euros, s'est littéralement envolé à 37 500 euros, chez Sotheby's, soit le double du montant prévu initialement.


Kerguehennec