Exposition Vasarely, de l'Op Art au Folklore planétaire

Musée du Touquet-Paris-Plage
Jusqu'au 26 avril 2020

  • Exposition Musée du Touquet-Paris-Plage, Victor Vasarely, Okta-Cor, 1973
  • Exposition Musée du Touquet-Paris-Plage, Victor Vasarely, Tridim-Bi, 1970

 

Des losanges jaunes, des carrés bleus, des triangles rouges. Victor Vasarely est assurément l’un des artistes les plus reconnaissables au monde, pourtant tombé en désamour après son immense succès des années 70. Cet artiste au parcours atypique – graphiste puis publicitaire – poursuivait en effet un but singulier : faire de l’art un bien commun, partagé, compris et utilisé par le plus grand nombre. Et quelle merveille ici dans ce musée-villa typique au style anglo-normand, d’admirer ses séries les plus emblématiques sous une charpente boisée authentique et intime. Plus de 70 œuvres du père de l’art optique sont ici réunies – dont des œuvres inédites jamais montrées depuis plus de 50 ans –, choisies une à une par son petit-fils, organisateur de l’exposition. Vasarely rêvait d’une cité polychrome, pour inonder l’espace visuel dans une toile grandeur nature dans laquelle vivre et se fondre. Pour lui, l’art se doit d’être partagé, multiplié à l’infini, du logo Renault aux pochettes d’album de David Bowie, des plateaux télévision de Michel Drucker aux couvertures des livres Gallimard… Vasarely est littéralement partout, dans tous les foyers, sur la vaisselle, les posters, les sacs à main. L’artiste ira même jusqu’à créer un alphabet universel, un esperanto graphique constitué de formes et de couleurs codifiées, utilisable par tous. Un art résolument populaire donc. Au point, évidemment qu’il agace… ou pire, qu’il lasse. Pourtant, quelle révolution dans les années 30 avec ses premières œuvres qui déforment l’espace, jouent sur les perspectives jusqu’aux illusions d’optique. Tromper notre perception, faire vibrer une image figée et ce, sans faire appel à l’informatique. Du génie. Vasarely introduit le temps et l'instabilité dans l'art abstrait. Véritable précurseur du design contemporain, sa vision résolument avant-gardiste annonçait les prémices de la 3D, un demi-siècle plus tôt.  Plutôt que les pinceaux et les pigments, il manie désormais les formes géométriques qu’il souhaite reproduire « au kilomètre ». Ses posters psychédéliques, ses scènes cosmiques, ses œuvres spatiales perturbent et fascinent le public de l’époque. Le roi de l’art optique a réussi, son travail est désormais devenu universel.

Musée du Touquet-Paris-Plage
Jusqu'au 26 avril 2020
Villa Way Side
Angle de l’avenue du Golf et de l’avenue du Château
62520 Le Touquet-Paris-Plage

 


Vous aimerez aussi…

cliché François Dugué
  • Classique

L'invention d'Etretat au Musée des Pêcheries de Fécamp

MUSEE DES PECHERIES DE FECAMP
Du 3 avril au 6 septembre 2020

A l’époque, peindre en plein air ne se fait pas. Rien n’arrête Le Poittevin qui ira jusqu’à se faire aménager un atelier sur la plage – dans lequel il invitera plus tard son ami Courbet à peindre sa série de vagues à l’été 1869.

© Paris, musée d'Orsay, dépôt à la maison de Renoir 

Domaine des Collettes, Cagnes-sur-Mer, don de M. Arthur Sachs, 1951
  • Classique

Dans l'Atelier au Musée de Vernon

Musée de Vernon
Du 3 avril au 20 septembre 2020

Quand on évoque le mouvement impressionniste, on pense immédiatement à la peinture en plein air, aux jeux de lumière se reflétant dans l’eau ou aux paysages aux mille et une couleurs mais on oublie la part du travail en atelier.

© Musée de Louviers
  • Classique
  • Incontournable

De l’aube au crépuscule. Couleur impressionniste au musée de Louviers

Musée de Louviers
Du 3 avril au 6 septembre 2020

Capturer les effets de lumière, saisir les changements atmosphériques, arrêter le temps pour mieux le décliner dans une infinité de nuances… Les peintres impressionnistes n’auront de cesse de sortir de leurs ateliers pour créer une nouvelle palette, baignée par les derniers rayons du soleil.

Pietro Vannucci, dit Le Pérugin - Buste d’homme  ©RMN-Grand Palais Domaine de Chantilly
  • Classique
  • Dessin

Raphaël à Chantilly, Le Maître et ses élèves

DOMAINE DE CHANTILLY
Du 7 mars au 5 juillet 2020

Considéré comme l’un des plus grands peintres de la Renaissance, Raphaël suscite encore l’admiration des néophytes comme des experts pour sa recherche perpétuelle de la perfection.