CID Grand Hornu
CID Grand Hornu

* Keith Haring, le kid de New-York au BOZAR de Bruxelles

BOZAR – Palais des Beaux-Arts
Jusqu'au 21 juillet 2020

  • Keith Haring, Untitled, 1981
  • Keith Haring, Untitled, 1983
  • Keith Haring, Untitled, 1984
  • Keith Haring, Silence = Death, 1989
  • Keith Haring, Crack Down!, 1986
  • Keith Haring, Ignorance = Fear, 1989

 

6

Ces bonhommes anonymes, sans visage et pourtant si expressifs, nous sont tellement familiers qu’on en oublierait presque qu’ils proviennent de l’imaginaire d’un artiste. Keith Haring fait partie des rares artistes qui ont su imposer leur style inimitable, reconnaissable par tous, et ce en un temps record. Près de 30 ans après son décès, en 1990 à l’âge de 31 ans, l’œuvre de Keith Haring continue de fasciner.

Le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles consacre une rétrospective à cet artiste américain hors-normes qui joua un rôle-clé dans l’émergence de la culture underground alternative dans les années 1980. Keith Haring passe facilement inaperçu dans la jungle urbaine qu’est New-York avec son visage frêle, dégarni au niveau des tempes, dissimulé derrière des binocles toutes rondes. Mais pas ses œuvres. Celles-ci réussissent à se faire une place dans la Grande Pomme au milieu des pschitt des bombes de peinture, des ronflements de basse des chaînes Hi-fi portatives et des casquettes qui claquent au vent.

À travers 85 dessins et peintures, complétés par des vidéos, collages, affiches, peintures murales et documents d'archives, l’exposition nous offre une fabuleuse plongée dans son œuvre, indissociable de la scène artistique new-yorkaise des eighties. C’est dans les sous-sols du Club 57, où il croise Basquiat et Madonna, et dans les couloirs du métro de New-York que Keith Haring élabore son style, mélange unique de peinture abstraite, pop art, hiéroglyphes égyptiens, calligraphie et graffitis. Il dessine avec une naïveté cartoonesque des chiens qui aboient, des bébés qui rampent et des soucoupes volantes – motifs devenus emblématiques de son œuvre depuis.

Artiste engagé, il lutte contre l’Apartheid, s’engage pour le désarmement nucléaire et tente de mobiliser l’opinion publique face au fléau du sida. Son dessin de pénis anthropomorphisé avec un préservatif promouvant le safe sex fera de lui l’une des figures de proue du mouvement LGBT. Autant de facettes d’une œuvre énergique, spontanée et universelle à redécouvrir sans plus attendre.

En attendant la réouverture de l'exposition, n'hésitez à la découvrir dès à présent en ligne !

Voir l'exposition

Rediscover Keith Haring's iconic visual style within this restrospective organized by the Palais des Beaux-Arts of Bruxelles and dive into the pop culture of the 1980s.

BOZAR – Palais des Beaux-Arts
Jusqu'au 21 juillet 2020
Rue Ravenstein 23, 1000 Bruxelles



CID Grand Hornu