Exposition Lewis Trondheim à la Cité internationale de la BD et de l'image 2020

Cité internationale de la Bande-dessinée et de l'image
Jusqu'au 10 mai 2020

  • Dessin d’observation inédit (page de carnet)
  • Page extraite du projet resté inédit Ouo (2004-2005)
  • Page 1 de la première version de Capharnaum, inédite (1994)
  • Illustration de couverture de l’album Les Herbes folles, 2019
  • Case tirée de la série Ralph Azham, planche 385
  • Couverture dépliée de La Fin du monde, 2008
  • Trondheim chevauchant un dinosaure. Extrait de La Malédiction du parapluie
  • Détail de la couverture de l’album Monstrueux Bazar, 1999
  • Planche 55 de l’album Approximativement, 1995

 

Lewis Trondheim fait des histoires

On connaît tous la bande-dessinée traditionnelle sur papier mais la BD sur Instagram et pour smartphone devient de plus en plus en vogue. Lewis Trondheim, auteur d’une des œuvres les plus vastes de la BD moderne, avec 180 albums à son actif, se positionne sur ce nouveau champ de création en élaborant des bandes-dessinées pour les réseaux sociaux, telles que Les Herbes Folles. Il s’essaie à tous les genres : jeunesse, western, polar, ou encore heroïc fantasy, touchant à la fois un public adulte et des jeunes lecteurs.

Le style de cet artiste qui a reçu le Grand Prix de la Ville d’Angoulême en 2006, est reconnaissable entre tous par son aspect zoomorphique – ses personnages humains présentent souvent des aspects animaliers – et par ses couleurs chaleureuses et attrayantes comme dans la série Ralph Azham, où un arbre au feuillage mordoré surplombe une cascade bleu roi. Cette toute première rétrospective dédiée à ce maître incontesté du 9e art présente l’ensemble de son univers artistique à travers 150 planches, illustrations et carnets originaux. Vous découvrirez ou redécouvrirez son personnage fétiche, Lapinot, un lapin à forme humaine, dans un univers digne de Spirou et Fantasio, des illustrations de couvertures d’albums qui n’ont jamais été publiées ainsi que des dessins d’observation. Quatre projets restés inédits ont été numérisés et sont donnés à voir sur écrans comme « Williard Watte » ou « Ouo ». Lewis Trondheim, qui avait toujours refusé d’être exposé jusqu’ici, s’est impliqué de manière inédite dans cette exposition, allant jusqu’à participer à sa mise en scène pour un résultat spectaculaire.

CITÉ INTERNATIONALE DE LA
BANDE-DESSINÉE ET DE L’IMAGE
Jusqu’au 10 mai 2020
Quai de la Charente,
16000 Angoulême


Vous aimerez aussi…

Allemagne, Berlin, Nationalgalerie, Staatliche Museen zu Berlin © BPK, Berlin, Dist. RMN-Grand Palais Jörg P. Anders
  • Classique

Rouen- François Depeaux, l'homme aux 600 tableaux

MUSEE DES BEAUX-ARTS DE ROUEN
Du 3 avril au 7 septembre 2020

L’histoire du collectionneur François Depeaux, retracée par le musée des Beaux-Arts de Rouen, est rocambolesque. Qui aurait pu penser qu’un magnat du charbon serait devenu un collectionneur compulsif de tableaux ? Il a procédé à l’acquisition de près de 600 tableaux et dessins parmi lesquels 55 Sisley, de nombreux Monet.

©Fondation Claude Monet, Giverny Droits réservés (9)
  • Classique

FERMETURE EXCEPTIONNELLE - Giverny - Chez Monsieur Monet

Fondation Claude Monet
Réouverture le 1er avril 2020

On se croirait arrivé au Paradis. La paisibilité du Jardin d’Eau, la lumière pâle et douce de la Normandie, si chère à Monet, et la richesse de ses floraisons s’emparent de vous, comme dans un rêve.

Expo Nuits électriques MUMA - Gustave Caillebotte Rue de Paris, temps de pluie
  • Classique

Le Havre s'éclaire de Nuits Électriques

MUMA
Prochainement

Lorsque vous pénétrez au MuMa du Havre, vous êtes éblouis par les jeux d’ombres et de lumières des 150 œuvres, peintures, photographies, aquarelles ou gravures présentées ici.

© musée départemental Matisse
Collection privée suisse Courtesey Galerie Sonia Zannettacci©Patrick Goetelen©ADAGP, Paris, 2020
  • Incontournable
  • Contemporain

Tout va bien Monsieur Matisse au Cateau-Cambrésis

MUSEE DEPARTEMENTAL MATISSE
Du 4 avril 2020 au 17 janvier 2021

Si Henri Matisse est mondialement reconnu aujourd’hui comme l’artiste visionnaire qui a révolutionné l’art de son temps, quel est de nos jours le regard que les créateurs contemporains portent sur son travail ? Est-il toujours une icône ?