A la loupe - Francis Bacon, In Memory of George Dyer

 

1

Francis Bacon, In Memory of George Dyer, 1971

Savez-vous pourquoi la toile la plus rose de Bacon est aussi la plus noire de son œuvre ? Entrons dans le triptyque phare de l’exposition, In memory of George Dyer, Paris, 1971. Quelques jours avant la rétrospective que le Grand Palais consacre à Bacon, son amant et muse George Dyer se suicide par overdose dans un hôtel. Francis Bacon s’en trouve profondément touché et perturbé. S’en-suit une période marquée par le deuil et la culpabilité pour le peintre. Son choix d’une palette à dominante rose pour rendre hommage à son ami crée un contraste saisissant pour ce qui est sans doute la plus sombre de ses œuvres. Le choix du triptyque n’est pas anodin. L’artiste joue sur le caractère spirituel du format, renvoyant à la Sainte Trinité, pour ajouter à son œuvre une dimension mystique. Un format qu’il développera d’ailleurs dans sa peinture à partir de cette date.

INSPIRATIONS LITTÉRAIRES

Comme souvent chez Bacon, il faut chercher une référence littéraire dans sa peinture. Ici, la toile est une référence à l’Orestie d’Eschyle et à la poétique de T. S. Eliot. Elle est inspirée de ce vers de La Terre Vaine : « I have heard the key, Turn in the door once and turn once only ». Les figures de la porte et de la clef sont ici centrales, et matérialisent la séparation entre le monde des vivants et celui des morts, dans lequel on voit disparaître la fi gure de l’être aimé.

RECONSTITUTION D’UNE SCÈNE

Si les lignes sont torturées, cette œuvre est plus réaliste qu’il n’y paraît : le décor du panneau central est une reconstitution exacte de l’Hôtel des Saints-Pères dans lequel George a fini ses jours, et l’on peut s’approcher pour voir les morceaux de journaux à terre qui rappellent cette ambiance parisienne. Ou peut-être serait-ce déjà l’annonce de sa mort ? On remarque également que le visage du panneau de droite est une restitution exacte d’une photographie de George par John Deakin. En effet, Bacon n’aimait pas le modèle vivant et travaillait toujours à partir de photographies, les collectionnant par milliers.Dense et hautement symbolique, ce triptyque possède aussi une valeur inestimable, quand on sait que celui sur son ami Lucian Freud, également inspiré d’une photographie de Deakin, a été un temps l’œuvre la plus chère du monde, vendue à plus de 142 millions de dollars...

Pour retrouver notre article sur l'exposition "Bacon. En toutes lettres" au Centre Pompidou, c'est ici


Vous aimerez aussi…

rock-en-seine
  • Festival
  • Incontournable

Rock en Seine 2024 : une édition électrisante à ne pas manquer !

Du 21 au 25 août 2024
Domaine national de Saint-Cloud

Le mois d'août se clôturera en apothéose avec Rock en Seine, qui propose cette année cinq journées de festivités inoubliables, du 21 au 25 août 2024.

LIBERTE, TAPISSERIE DE JEAN LURCAT. MT_88_23_1
  • Insolite
  • En amoureux

Exposition Jean Lurçat au Musée Hyacinthe Rigaud : La Terre, le Feu, l’Eau, l’Air

Musée Hyacinthe Rigaud
Du 22 juin au 29 décembre 2024

Les œuvres de Jean Lurçat s'invitent dans cette exposition au Musée Hyacinthe Rigaud de Perpignan : on y découvre la céramique de l'artiste, entre le terre, le feu, l'eau et l'air.

Vue du salon macparis 2024 (13)
  • Vidéo
  • Contemporain

 Macparis revient pour une nouvelle édition 2024 spectaculaire au Bastille Design Center

Bastille Design Center
Jusqu'au 26 mai 2024

Macparis revient pour une nouvelle édition décapante ici au Bastille design Center au cœur de Paris du 21 au 26 mai 2024.

le bicolore - jeannette ehlers - vue exposition 2
  • Gratuit
  • Contemporain

Nos images de l'exposition par Jeannette Ehlers : À la croisée des eaux, les échos de demain au Bicolore à la Maison du Danemark

Le Bicolore- Maison du Danemark
Jusqu'au 14 juillet 2024

Le Bicolore à la Maison du Danemark consacre sa prochaine exposition à Jeannette Ehlers qui nous invite à un périple introspectif et métissé : découvrez nos vues exclusives de l'exposition.