A la loupe - Josef Pankiewicz, Cab sous la pluie

  • Joseph Pankiewicz, Cab sous la pluie (1896)

 

1

Joseph Pankiewicz, Cab sous la pluie, 1896

A l’époque du XIXème siècle, l’éclairage artificiel et électrique venait seulement d’être inventé et commençait à peine à se démocratiser dans la vie quotidienne des populations. De fait cette nouveauté était un véritable marqueur d’inégalités financières et sociales, comme nous le prouve si bien la belle exposition "Nuits électriques" du Musée d'Art Moderne du Havre...

Les villes étaient scindées en deux extrêmes : d’une part les quartiers aisés où germaient l’un après l’autre des lampadaires qui illuminaient les rues, d’autre part les quartiers les plus défavorisés qui demeuraient plongés dans l’obscurité. C’est ce second cas qui est ici illustré par Joseph Pankiewicz : on aperçoit au loin, tout en haut à droite dans l’arrière-plan, la lueur des réverbères que quitte l’automobile pour s’enfoncer dans la pénombre des bas-fonds de la ville. A Paris, l’éclairage était encore inégal, parsemé et discontinu.

C’est cette fracture sociale que l’artiste met en avant dans cette œuvre précisément, ne mettant en scène l’électricité que pour mettre en relief ce qu’elle dénonce. Et dans les faits, on imagine fort bien que s’il avait été possible de prendre en photo satellite les villes du monde à cette époque, il aurait été fort intéressant d’étudier la réalité géo-sociale du siècle.

Pour retrouver notre article sur l'exposition "Nuits électriques" au MUMA, c'est ici !


Vous aimerez aussi…

© SIK-ISEA, Zurich (J.-P. Kuhn) © Succession Picasso, 2019.
  • Classique

A la loupe - Pablo Picasso, Nature morte avec fleurs et citrons

L'an dernier, le Musée Maillol accueillait les chefs-d’œuvre de la collection Emil Bührle, l’une des collections particulières les plus incroyables du monde.

Berthe Morisot (1841-1895) Le berceau 1872 Huile sur toile H. 56 ; L. 46 cm © RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay), DR
  • Classique

A la loupe - Berthe Morisot, Le Berceau

Le Musée d’Orsay consacra en 2019 une de ses expositions à la seule femme impressionniste, Berthe Morisot. Sensible aux scènes de la vie moderne et à la spontanéité de la touche picturale, c’est très naturellement que l’artiste se tourne vers les peintres d’avant-garde de l’époque, Monet, Degas ou Renoir.

Huile sur toile H. 177 ; L. 217 cm © Musée d'Orsay, dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt
  • Classique

A la loupe - James Tissot, Portrait du Marquis et de la Marquise de Miramon

James Tissot mériterait sans aucun doute le titre de peintre officiel de la bourgeoisie. Admirable portraitiste, le peintre est très apprécié par les aristocrates et les nouveaux riches qui lui commandent d’imposants portraits.

Le Caravage, Le joueur de luth
  • Classique

A la loupe - Le Caravage, Le joueur de luth

Si ses personnages ressemblent à de doux agneaux, ne vous y méprenez pas : Michelangelo Merisi dit Le Caravage était un perpétuel ... agitateur !