* Exposition Picasso et la bande-dessinée au Musée Picasso

Musée Picasso
Jusqu'au 3 janvier 2021

  • Art Spiegelman - Détail de la quatrième de couverture de "Breakdowns. Portrait de l’artiste en jeune %@§*!"
  • Pablo Picasso Dora Maar assise, 2 février 1938
  • Pablo Picasso - Songes et mensonges de Franco (Planche II) - IIIème état,
  • Pablo Picasso - Homme au chapeau de paille et au cornet de glace, 30 août 1938
  • Pablo Picasso - Première de couverture de la revue "L’Epatant" n°1291, 27 avril 1933
  • Pablo Picasso La Xerrameca (1899-1900)

 

6

À l’avant-garde des comics

L’exécution par Pablo Picasso de ses premières œuvres, au tournant des années 1890, coïncide avec le développement aux États-Unis d’une nouvelle pratique artistique promise à un bel avenir : la bande-dessinée, telle que nous la connaissons aujourd’hui. Malgré leur concomitance temporelle, ces deux événements n’ont pas grand-chose à voir – a priori du moins. Car l’artiste catalan et la bande-dessinée partagent en réalité plus d’un point commun. C’est ce que nous propose de découvrir la nouvelle exposition du Musée Picasso, première manifestation à mettre en avant les liens existants entre Picasso et la BD.

Ouvert sur toutes les formes d’art, Picasso s’intéressait aussi bien aux chefs d’œuvres de Velázquez qu’aux productions populaires contemporaines. Dès l’âge de treize ans, il produit lui-même de petits journaux illustrés où se mêlent textes et images. Au début du siècle, il se passionne pour les comics américains, notamment The Katzenjammer Kids, Little Jimmy et Krazy Kat. Il se délecte de cette culture populaire et enfantine, dans laquelle il voit également le moyen de subvertir les formes académiques.

Il s’approprie peu à peu les codes du neuvième art, assez différents de ceux de la peinture traditionnelle. Plutôt que de réaliser des compositions isolées, il privilégie les séquences d’images et organise l’espace de l’œuvre en différentes cases. Artiste engagé, Picasso utilise même la BD en 1937 pour dénoncer la dictature franquiste dans Songe et mensonge de Franco, série de gravures réalisée en 1937 dans laquelle il met en scène la figure monstrueuse du dictateur qui vient de s’emparer du pouvoir en Espagne.

Mais la relation de Picasso avec la bande-dessinée est loin d’être unilatérale, le monde de la BD s’étant lui aussi largement inspiré de l’artiste. L’exposition montre comment ses œuvres ont nourri l’imaginaire de nombreux auteurs de bande dessinée – comme Art Spiegelman dans Ace Hole Midget Detective (1974) ou Edgar P. Jacobs qui insère dans Le Piège diabolique (1960-1961) des fragments de Guernica – ou encore comment Pablo Picasso est devenu en un personnage récurrent de la bande dessinée mondiale.

Une expo rafraîchissante !

Le saviez-vous ?

Le phylactère est un moyen graphique, comme une banderole ou une bulle, qui permet de déployer les paroles prononcées par les personnages représentés. Les premiers phylactères remontent au Moyen-Âge. Cette pratique se développe au XVIIIe siècle chez les caricaturistes anglais avant d’être reprise par les auteurs de BD modernes.

First exhibition dedicated to the links between Pablo Picasso’s work and the world of comics, "Picasso and the comics" explores Picasso’s passion for the genre through a selection of drawings, prints and original plates.