*Exposition Eugène Dodeigne (1923-2015), une rétrospective à la Piscine

La Piscine - Musée d'art et d'industrie André Diligent de Roubaix
Du 7 novembre 2020 au 7 février 2021

  • Eugène Dodeigne, Homme assis, 1963
  • Eugène Dodeigne, dessin sans titre
  • Eugène Dodeigne, Buste de femme, 2006
  • Eugène Dodeigne, Deux mains, 1974

 

4

Figure emblématique de la sculpture contemporaine, l’artiste français Eugène Dodeigne (1923-2015) a réalisé de hautes silhouettes de pierres, puissantes et silencieuses, qui se dressent dans nombre d’espaces publics du nord de la France, mais aussi d’Anvers, Liège, Bruxelles, Washington ou Paris. Digne héritier de Brancusi et Giacometti, le sculpteur est né sous le signe de la pierre, dans une famille de marbrier funéraire venue s’installer à Lille. Mais contrairement à son père, lui redonnera vie à l’humanité en sculptant la matière, à travers des œuvres écorchées, brutes, authentiques qui révèlent les fragilités de la condition humaine. Reconnaissables à l’utilisation de pierres bleues de Soignies, originaires de Belgique, ses formes organiques gagneront une reconnaissance précoce grâce à l’originalité de ce matériau de prédilection. Ce choix esthétique le mène ainsi à travailler une figuration de plus en plus abrupte et expressive à travers la technique de la pierre éclatée, qui devient sa signature. Les traces du travail, l’empreinte de l’outil sont laissées apparentes pour toujours dévoiler la lutte qui s’est jouée entre le sculpteur et cette pierre nordique particulièrement difficile à tailler.

La Piscine effectue un choix symbolique éminemment fort en dédiant une rétrospective à cet enfant du pays, passé par l’École des Beaux-Arts de Tourcoing où il s’est démarqué par son incontestable talent, avant d’être lauréat du concours d’admission aux Beaux-Arts de Paris, y étudiant aux côtés du sculpteur César. Elle offre un nouveau regard sur son travail au travers de quelque 200 œuvres – soit l’ensemble le plus conséquent jamais réuni – révélant un artiste moins « monolithique » qu’on ne le pensait, qui ne pourrait se cantonner aux seules pierres de Soignies. Eugène Dodeigne savait travailler le bois de manière virtuose dans des formes arrondies et lisses, réalisait des bronzes expressionnistes saisissants, était un dessinateur hors- pair au trait vif, sensuel et puissant, qui maniait le fusain comme le faisait Rodin, un designer avant-gardiste, un architecte visionnaire... En près de soixante ans de carrière, il saura faire évoluer son art, passant de formes organiques, compactes et tendres, à une figuration abrupte, nous livrant des œuvres éminemment expressives, marquées des stigmates du geste créatif, traces des masses aux coins d’acier, disqueuses et burins qui les ont dégrossies. Une brutalité à laquelle succédera la grâce, avec ses œuvres inspirées par la danse et les Ballets du Nord, puisant dans ces mouvements de scène une vitalité inédite.

  • Eugène Dodeigne, Force et Tendresse, 1996

 

1

A la loupe... A fleur de pierre

En vous promenant dans le jardin des Tuileries, vous aurez l’occasion d’admirer l’œuvre Force et Tendresse du sculpteur français, créée en 1996. Identifiable à l’utilisation de la fameuse pierre de Soignies, la sculpture incarne toute l’intelligence artistique d’Eugène Dodeigne, dans cette contradiction, entre la rudesse de la matière et la tendresse d’une étreinte qu’elle par- vient à saisir.

LA PISCINE, MUSÉE D’ART ET D’INDUSTRIE ANDRÉ DILIGENT
Du 7 nov. 2020 au 7 fév. 2021
23 rue de l’Espérance,
59100 Roubaix