* Exposition Tony Cragg à la Galerie Ropac

Galerie Thaddaeus Ropac (Paris Marais)
Jusqu'au 17 octobre 2020

  • Tony Cragg, Eleve, 2018
  • Tony Cragg, Pair, 2019
  • Tony Cragg, Pair, 2019
  • Tony Cragg, Stack, 2018
  • Tony Crag, Untitled, 2018
  • Tony Cragg, Skull, 2018

 

6

Faire et défaire l'invisible

Avec ses œuvres aux formes ondulées, entremêlées, striées, le sculpteur britannique Tony Cragg offre une réflexion sur les rapports d’équilibre dans la matière. En présentant une dizaine de nouvelles sculptures en bronze, bois et acier, réalisées entre 2018 et 2020, il explore le mouvement sculptural en contorsion. L’énergie rythmique de ces blocs verticaux rappelle d’ailleurs les élans de vitesse que l’on pouvait voir chez les futuristes italiens. Dans la série Hollow Head (2019), les constructions en bois s’étirent pour imiter les ondoiements de l’eau. De même dans sa série Skull (2018), l’acier se fluidifie en jouant sur les vides pour laisser percevoir une fragilité. En ce sens, Tony Cragg dévoile que « toute impression de solidité est une illusion. […] Ces volumes squelettiques révèlent leurs structures internes et laissent le spectateur sans illusions. » Face à ces œuvres, c’est bien notre instabilité intérieure que l’artiste reflète. Aussi abstrait qu’il soit, tout son art se rapporte à la nature humaine et à ce qu’elle a de plus abscons. Une création inspirante et poétique qui met la sculpture contemporaine à l’épreuve de son temps.