* Découvrez la collection Ladreit de Lacharrière dans l'exposition permanente du musée du quai Branly

Musée du Quai Branly - Jacques Chirac
A partir de mars 2021

  • Masque anthropomorphe du Ntomo, collection Ladreit de Lacharrière
  • Masque anthropomorphe, collection Ladreit de Lacharrière
  • Masque du Ntomo, collection Ladreit de Lacharrière
  • Maternité assise, collection Ladreit de Lacharrière
  • Maternité assise, collection Ladreit de Lacharrière
  • Maternité dege, collection Ladreit de Lacharrière
  • Olifant, collection Ladreit de Lacharrière
  • Plaque figurative, collection Ladreit de Lacharrière
  • Porte-flèche - insigne de prestige, collection Ladreit de Lacharrière
  • Statue féminine, collection Ladreit de Lacharrière
  • Statue féminine, collection Ladreit de Lacharrière

 

11

Une donation d'exception

En cette fin d’année, le musée du Quai Branly accueille un tout nouvel espace d’exposition imaginé par l’architecte Jean Nouvel. Cette initiative fait suite à l’incroyable donation du collectionneur Marc Ladreit de Lacharrière au musée, regroupant 36 œuvres inédites d’Afrique et d’Océanie. Parmi elles, on compte l’étonnante statue protectrice Nkishi du Congo : créée au XIXe siècle, elle associe les substances animales (corne) et végétales (bois) pour interagir avec le monde des esprits. Avec étonnement, on remarque que cet être longiligne est dénué de bras, ce qui illustre bien la grande liberté créatrice des sculpteurs congolais de l’époque. De même, la Maternité assise représente la figure maternelle dans toute sa force symbolique, accentuant la relation corporelle entre la mère et ses enfants par des courbures irréelles du corps. Ainsi, les nourrissons, à peine esquissés, ne semblent plus faire qu’un avec les bras qui les soutiennent, restant dominés par de longs seins nourriciers. L’audace et la modernité de ces représentations de la figure humaine ont influencé les plus grands artistes du XXe siècle.

Le saviez-vous ?

Le lien entre Marc Ladreit de Lacharrière et le musée du Quai Branly est une relation de longue date. L’année où l’institution a pris le nom de l’ancien président Jacques Chirac, le collectionneur lui a prêté ses œuvres antiques, africaines, européennes et océaniennes dans le cadre d’une exposition. Puis, en 2018, il donne une partie de son incroyable collection, s’agissant alors de la plus importante donation d’œuvres d’Afrique et d’Océanie en France depuis 1945.


Vous aimerez aussi…

© National Gallery- Alexandros Soutsos Museum _Photo Stavros Psiroukis
  • Classique
  • Incontournable

Exposition : assistez à la naissance de la Grèce moderne au Musée du Louvre

Musée du Louvre
Automne 2021

La Grèce antique est bien connue des contemporains : mais que savons-nous de la Grèce moderne ? Cette exposition retrace à travers l'art l'histoire d'un pays libéré de la tutelle ottomane au XIXe siècle.

1-enfant_Jesus_latin10548_fol48
  • En famille

La Jeunesse au Moyen-Âge exposée à la Tour Jean sans Peur

Tour Jean sans Peur
Jusqu'au 9 janvier 2022

Pour cette nouvelle exposition que la Tour Jean sans Peur consacre au Moyen-Âge, c'est le thème de l’enfance et de la jeunesse qui a été retenu. Celle-ci est construite autour de l'idée des encyclopédistes médiévaux selon laquelle la vie humaine serait divisée en sept âges.

exposition-mari-katayama-mep (5)
  • Contemporain

Le corps de Mari Katayama est à l'œuvre dans la nouvelle exposition de la MEP

Maison Européenne de la Photographie
Prochainement

A travers une sélection d’œuvres réalisées depuis 2009 et présentées à la dernière Biennale de Venise, cette exposition dévoile le travail hors-norme de la plasticienne et performeuse Mari Katayama qui allie sculpture, couture et photographie.

Lorimier Henriette (1775-1854). Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon. MV4829.
  • Incontournable

Le Musée du Luxembourg célèbre les femmes peintres dans sa nouvelle exposition

Musée du Luxembourg
Du 3 mars au 4 juillet 2021

Cette exposition critique propose un autre regard historique et esthétique sur l’œuvre de ces femmes. En se concentrant sur une période charnière s’étalant de 1780 à 1830, le parcours dévoile une véritable féminisation des arts depuis les années pré-révolutionnaires jusqu’à la Restauration autour de 80 œuvres d’Elisabeth Vigée-Lebrun, de Marguerite Gérard, de Marie-Guillemine Benoist ou de Constance Mayer.