* Le mariage de la beauté et du temps dans l'exposition Ruines de Koudelka à la Bnf

BnF François Mitterrand
Jusqu'au 16 décembre 2020

  • Josef Koudelka, Temple d'Apollon, Delhpes, 1991
  • Josef Koudelka, Amman, Jordanie, 2012
  • Josef Koudelka, Apollonia, Libye, 2007
  • Josef Koudelka, Dougga, 2011
  • Josef Koudelka, Eleusis, 2003
  • Josef Koudelka, Mycènes, 2003
  • Josef Koudelka, Grèce, 1994

 

7

Pendant près de trente ans, Joseph Koudelka, de l’agence Magnum, sillonne le bassin méditerranéen. Celui qu’Henri Cartier-Bresson appelait son frère trouve dans ces vestiges antiques ce qui anime son œil de photographe : « le mariage de la beauté et du temps ». Il y réalise des centaines de clichés en noir et blanc dont la BnF a tiré un ensemble inédit intitulé Ruines, série d’images éminemment poétiques dont il refuse de figer une vision romantique. Le soleil y embrase les colonnes et les bas-reliefs, les cadres étriqués subliment la complexité de l’architecture et le noir et blanc révèle la puissance d’une beauté archaïque. Le Temple d’Apollon de Delphes, les sites d’Amman en Jordanie ou de Palmyre en Syrie : la nostalgie qui émane de ces tirages restitue avec mélancolie l’emprise de l’homme et du temps sur ces monuments qui firent, jadis, la gloire et la splendeur de notre civilisation.