La nouvelle exposition du Drawing Lab se fait tout un film !

Drawing Lab
Du 16 janvier au 25 février 2021

  • Paul Grimault, La Bergère et le Ramoneur, 1948
  • Mathieu Dufois, Maquette, 2019
  • Paul Grimault, La Bergère et le Ramoneur, 1948
  • Sébastien Laudenbach, La jeune fille sans mains, 2015
  • Sébastien Laudenbach, La jeune fille sans mains, 2015
  • Antoine Marquis, Luminothérapie, 2012
  • Camille Lavaud, La Vie Souterraine, Affiche, 2017
  • Elsa Werth, Point de fuite, 2017

 

8

Si l’on est habitué à parler de « cinéma », la formule exacte serait plutôt « cinématographie » ! Et c’est justement ce lien entre la création d’un dessin et d’un film qui est mis en lumière dans cette exposition. Tous deux usent d’une succession d’images pour donner une atmosphère à une scène, une texture à la narration, de la lumière comme profondeur de champ... À l’instar de la bande dessinée, on retrouve le principe des vignettes dans les story-boards.

À travers les dessins des films de Paul Grimault, Alejandro Jodorowsky ou Sébastien Laudenbach, le cinéma se dévoile comme un véritable exercice graphique matérialisé dans les celluloïds, ces feuilles transparentes que l’on superpose pour créer de l’animation. Des techniques qui se renouvellent, comme on peut le voir lors de la projection du film Tide Table de William Kentridge. Au lieu de multiplier les dessins pour suggérer le mouvement, ce dernier use du fusain qu’il efface sur certaines parties pour recommencer ailleurs, parvenant ainsi à métamorphoser l’objet représenté.

  • Paul Grimault, La Bergère et le Ramoneur, 1948

 

1

Le saviez-vous ?

Dès 1946, Paul Grimault désire adapter le conte d’Andersen La Bergère et le Ramoneur sur un scénario de Jacques Prévert, mais faute de moyens, il se voit contraint de diffuser le film sans véritable fin. Rachetant le négatif 30 ans plus tard, les deux hommes renomment le film Le Roi et l’Oiseau, qui deviendra alors le premier long-métrage d’animation français et sera récompensé par le prix Prix Louis-Delluc.