Le monde de Laurence Aëgerter à l'exposition du Petit Palais

Petit Palais
Prochainement

  • Laurence Aëgerter, Ruta graveolens i.a. - Barrington crater, Arizona, USA, de la série Healing Plants for Hurt Landscapes, 2015
  • Laurence Aëgerter, Cannabis sativa i.a. - coastal Japan, de la série Healing Plants for Hurt Landscapes, 2015
  • Laurence Aëgerter, Digitalis ambigua i.a. – Normandy, France, de la série Healing Plants for Hurt Landscapes, 2015
  • Laurence Aëgerter, Helichrysum italicum i.a. - Nagasaki, Japan, de la série Healing Plants for Hurt Landscapes, 2015
  • Laurence Aëgerter, Longo Maï, 2013
  • Laurence Aëgerter, Longo Maï, 2013
  • Laurence Aëgerter, Soleils couchants sur la Seine à Lavacourt, 202

 

7

C’est un véritable voyage dans le monde de Laurence Aëgerter que nous offre le Petit Palais. Le parcours, qui s’ouvre avec un miroir gravé de la formule « Ici mieux qu’ailleurs » annonce d’emblée les thèmes du double et de l’évasion que file la métaphore tout au long de l’exposition. L’œuvre intitulée Confetti poursuit cet itinéraire stupéfiant à la croisée des arts : constituée précisément des 58 038 photographies que contenait le téléphone de la plasticienne, le collage amuse autant qu’il dérange. Réduites à la taille des petits bouts de papier dont elles portent le nom, ces dizaines de milliers de minuscules images réactivent pourtant les souvenirs de ces instants figés en les convoquant dans l’ici et le maintenant. Images figées d’instants éphémères, celles-ci n’ont-elles d’autre but que de s’accumuler, en quantités monstrueuses, dans une boîte numérique ? Le parcours se poursuit avec la galerie des grands formats, où l’artiste pare les sculptures d’un manteau de protection, qu’elle imagine semblable à celui de la Vierge qui protège les humbles et les petits. C’est cette dualité permanente entre nos modes de vies et nos aspirations que souligne l’artiste, dans une œuvre à la délicatesse éblouissante.


Vous aimerez aussi…

David Nash, Squawk Column, 2020
  • Gratuit
  • Contemporain

David Nash, l’art et ses racines à la Galerie Lelong

Galerie Lelong
Du 11 mars au 30 avril 2021

L'artiste anglais David Nash s'expose à la Galerie Lelong. À travers un travail sur toutes les formes du bois, il propose, inspiré notamment par la pensée bouddhiste, une création hybride et collaborative où la main de l’homme sommeille patiemment au seuil du visible.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
  • Contemporain
  • Photo

Un collectif d'artistes congolais questionne l'espace urbain dans l'exposition Kinshasa chroniques à la Cité de l'Architecture

Cité de l'Architecture et du Patrimoine
Jusqu'au 5 juillet 2021

Dans Kinshasa Chroniques, soixante-dix artistes congolais explorent les richesses de leur capitale autour de neuf chroniques aux thématiques variées.

Exposition Ce qui s'oublie et ce qui reste, Emo de Medeiros, Notwithstanding the forces at hand, 2018
  • Incontournable

Ce qui s'oublie et ce qui reste au Musée national de l'histoire de l'immigration

Musée de l’histoire de l’immigration
Du 9 mars au 11 juillet 2021

L'exposition Ce qui s'oublie et ce qui reste explore, à travers le travail de dix-huit artistes du continent africain et de ses diasporas, les récits intimes et l’histoire commune de peuples de part et d’autre de la Méditerranée.

Exposition Modernités suisses au Musée d'Orsay - Ernest Biéler Ramasseuse de feuilles mortes, Vers 1909
  • Classique
  • Incontournable

Exposition Modernités suisses au Musée d'Orsay : le sacre de la peinture

Musée d'Orsay
Prochainement

Au tournant du XXe siècle, l’art européen ne manque pas de grands noms. Mais qu’en est-il de la Suisse ? Modernités suisses revient sur cette période foisonnante où toute une nouvelle génération de peintres (comme Vallotton et Giacometti) revendiquera une puissance symbolique et décorative de la couleur.