* Femmes d'un monde à l'autre : l'exposition du Château du Val Fleury

Château du Val Fleury
Jusqu'au 20 décembre 2020

  • Claudine Doury, Malika, Samarcande, Ouzbekistan, 2004
  • Claudine Doury, L'ancien port d’Aralsk, Kazakhstan, 2003
  • Claudine Doury, Lola #1, environs de Tachkent, Ouzbekistan, 2002
  • Claudine Doury, Autour de Barskoön, Kirghizstan, 2004
  • Marie Dorigny,
  • Marie Dorigny, Macédoine
  • Marie Dorigny, Lesbos
  • Marie Dorigny, Lesbos
  • Marie Dorigny, Lesbos

 

9

« De la terre et des hommes, elles sont les gardiennes » dit la chanson. Vingt ans plus tard, cette affirmation est toujours furieusement véridique. Mais il est encore dans le monde des endroits où les femmes ne sont que les ombres fantomatiques des hommes qu’elles suivent en silence. C’est à elles que le Château du Val Fleury rend un hommage émouvant. En décembre 2015, Marie Dorigny s’envole pour Lesbos alors que le corps sans vie d’un petit garçon au tee-shirt rouge sur une plage venait de heurter la bonne conscience européenne. Son boîtier à la main, la photographe a commencé un vaste travail de documentation sur ces femmes, ces filles, ces mères exilées d’un autre monde. Un enfant au creux des reins ou au cœur des bras, les sujets de Marie Dorigny sont aussi les reflets du plus noble sujet du monde. Comment ne pas y voir comme un écho lointain à celle qui, il y a deux mille ans, fuyait elle aussi la mort et le danger sur les routes de Galilée, cherchant un avenir meilleur pour son fils ? La mère à l’enfant est une image hors du temps. L’Irakienne, la Syrienne et l’Afghane se détachent dans ces clichés bouleversants sur fond de montagnes, de trains ou de rivages, dans des portraits à la spontanéité saisissante. Claudine Doury, quant à elle, nous présente une série intitulée Loulan Beauty qui nous entraîne dans ses voyages en Asie Centrale dans des territoires qui portent encore les stigmates de l’Empire soviétique. Pourtant la photographe parvient à saisir les vestiges autrement plus glorieux de ces pays où passait jadis la route de la soie. Dans ces images touchantes et magnétiques, nomades dans le désert, bazars fourmillants de brocs et de bibelots ou mirages fascinants émergent de la poussière des steppes d’Orient.

Le saviez-vous?

  • Loulan Beauty, vers 2000 av. J.-C.

 

1

Le titre « Loulan Beauty » que donne Claudine Doury à son accrochage est en fait une référence explicite à une momie vieille de 4000 ans exhumée en avril 1980 au nord-ouest de la Chine dans le Xinjiang. Ce surnom est autant dû à son exceptionnel état de conservation qu’au charme déroutant de son visage.

Page Instagram du Château du Val Fleury