Musée de l'Hospice Saint-Roch
Musée de l'Hospice Saint-Roch

Le corps de Mari Katayama est à l'œuvre dans la nouvelle exposition de la MEP

Maison Européenne de la Photographie
Du 3 septembre au 24 octobre 2021

  • Mari Katayama, Shadow Puppet #014, 2016
  • Mari Katayama, On the way Home #005, 2017
  • Mari Katayama, Shell, 2016
  • Mari Katayama, Bystander #016, 2016
  • Mari Katayama, In the Water #001, 2019

 

5

Face aux canoniques corps élancés, proportionnés, idéalisés, comment un physique marqué par le handicap peut-il s’approprier de nouvelles images qui ne soient pas discriminantes ? C’est tout le travail de la plasticienne Mari Katayama qui a mis en scène ses malformations dans des autoportraits tantôt sensuels, tantôt fantasmagoriques. Atteinte d’une maladie congénitale rare, cette artiste japonaise a dû se faire amputer une partie de ses deux jambes à l’âge de neuf ans. Elle s’initie alors très jeune à la couture avec sa grand-mère pour confectionner des habits adaptés à sa silhouette augmentée de prothèses. Isolée des autres enfants, la jeune fille s’amuse à broder des oreillers anthropomorphiques, incrustés de dentelle, de coquillages, de cheveux et de cristaux, puis orne ses jambes métalliques de dessins et de tissus amples. Petit à petit, elle prend possession de ses membres fantômes, les met en scène et transforme son corps en un véritable objet d’expérimentation. À travers une sélection d’œuvres réalisées depuis 2009 et présentées à la dernière Biennale de Venise, cette exposition dévoile le travail hors-norme de cette plasticienne et performeuse qui allie sculpture, couture et photographie. On y découvre une série d’autoportraits dans lesquels Mari Katayama pose en sous-vêtements au milieu de poupées grandeur nature et d’extravagants mannequins décorés. Dans certaines images, l’artiste se plaît à coudre des bras, des mains et des jambes, comme de multiples extensions qui prolongent son corps. Exposée pour la première fois en Europe, sa série photographique « In the Water » dévoile la blancheur de ses jambes, saupoudrées de paillettes dorées, dans des portraits en grands formats. En interrogeant la notion du naturel et de l’endommagé, l’artiste cherche ainsi à remettre en cause nos idéaux de beauté et à penser une autre relation au corps.

  • Mari Katayama, Bystander #016, 2016

 

1

Focus sur… Bystander #016, 2016

Dans cette série réalisée pour la première fois en extérieur, Mari Katayama s’échoue sur une plage en s’entourant de formes anthropomorphiques brodées. En confrontant le milieu naturel à son corps amputé, elle se présente comme une femme tentaculaire remettant en cause nos représentations conventionnelles de l’anatomie humaine. Située sur l’île de Naoshima, fortement polluée par des détritus industriels, l’artiste choisit de se mettre en scène dans un paysage contaminé, transformé mais profondément vivant, tout comme son corps déformé à cause de la maladie.

 


Vous aimerez aussi…

Burchartz 1646.2001 , 5/30/06, 10:33 AM,  8C, 5647x7244 (90+593), 100%, Default Setting,   1/8 s, R53.3, G25.0, B32.1  HMI   ISO-356 
PHOTO>Thomas Griesel   Betterlight Super 6K-2
  • Photo
  • Contemporain

La collection photographique de Thomas Walther, chefs-d'œuvre du MoMa au Jeu de Paume

Jeu de Paume
Du 13 septembre 2021 au 30 janvier 2022

Le Jeu de Paume présente les photographies de Berenice Abbott, Karl Blossfeldt, Claude Cahun, El Lissitzky, Edward Weston et André Kertész dans un ensemble tiré des collections de Thomas Walther léguées au MoMA. L'exposition retrace ainsi l’invention de la modernité en photographie entre 1909 et 1949.

Seurat Georges (1859-1891). Paris, musée d'Orsay. RF2511.
  • Incontournable

Le Musée d'Orsay célèbre les collections de Signac

Musée d'Orsay
Du 12 octobre 2021 au 13 février 2022

De Signac, on connaît la science du divisionnisme, les toiles à la palette multicolore et aux points minutieusement juxtaposés. Mais le peintre était tout autant un grand collectionneur,…

03. Soutine, Le Village, 1923
  • Incontournable
  • Contemporain

Willem de Kooning, le fou de Soutine à l'exposition du Musée de l'Orangerie

Musée de l'Orangerie
Du 15 septembre 2021 au 10 janvier 2022

C’est un étonnant face à face entre Chaïm Soutine, artiste maudit admiré par les peintres d’après-guerre, et Willem de Kooning, précurseur de l'expressionnisme abstrait, que propose le Musée de l’Orangerie.

Le roi Taharqa et le faucon Hémen © musée du Louvre, C. Décamps
  • Incontournable
  • Classique

Exposition Moi, Taharqa, pharaon des deux terres au Louvre

Musée du Louvre
Du 27 octobre 2021 au 7 février 2022

Vous connaissez l’histoire de Toutankhamon sur le bout des doigts. Mais avez-vous déjà entendu parler de celle de Taharqa ? Il fut pourtant le plus célèbre représentant des pharaons kouchites, dynastie originaire de Nubie au pouvoir au VII e siècle avant notre ère.


Musée de l'Hospice Saint-Roch