Musée de la Grande Guerre de Meaux
Musée de la Grande Guerre de Meaux

Les toiles abstraites d'Henri-Jean Closon exposées à la galerie Minsky

Galerie Minsky
Du 21 septembre au 2 octobre 2021

  • Henri-Jean Closon, La maison de Rachel
  • Henri-Jean Closon, Marine
  • Henri-Jean Closon, Chrie, 1945
  • Henri-Jean Closon, Composition, 1932
  • Henri-Jean Closon, L'indécomposable, 1953-1959
  • Henri-Jean Closon, Sans titre, 1930
  • Henri-Jean Closon, Une entorse au rythme, 1938
  • Henri-Jean Closon, Composition N°10, 1967-1974
  • Henri-Jean Closon, Nature morte aux pommes, 1903
  • Henri-Jean Closon, Sans titre, 1954-1970

 

10

Robert Delaunay, František Kupka, César Domela... Vous ne connaissez qu’eux, mais Henri-Jean Closon, lui, ne vous dit rien ? Il appartenait pourtant à ce même groupe, à une différence près : ce pionnier de l’abstraction belge tenait en horreur les marchands d’art. Le résultat est sans appel. En un siècle seulement, l’artiste et son génie sont tombés dans l’oubli. La galerie Minsky a donc décidé de réhabiliter cet immense talent, en mettant en lumière la pluralité de ses œuvres – ce qui tombe à pic, lui qui ne jurait que par la lumière ! Qui dit lumière, dit aussi couleur ; des couleurs qu’il expérimenta aux côtés de son ami Piet Mondrian, et qui le suivront toute sa vie de coloriste.Du beau monde à ses côtés, et ça ne s’arrête pas là... En vue d’insuffler une rythmique à la lumière et à la couleur, Closon s’initiera à la cadence musicale auprès de Maurice Ravelle. Son art en deviendra spirituel. Il transcendera, faisant transparaître l’invisible en morcellements colorés. La partition s’affinera au fil des toiles, jusqu’à parvenir à faire irradier la matière, à la faire émaner de toute sa couleur et sa vibration. Élaborant sa propre technique picturale, appelée « transcoloration », Closon se distinguera de tous les autres à la manière des grands maîtres, inventant ainsi un langage inédit dans l’Histoire de l’art.



Musée de la Grande Guerre de Meaux