Musée de la Grande Guerre de Meaux
Musée de la Grande Guerre de Meaux

Robert Badinter exposé à la BNF-ARSENAL

BNF-ARSENAL
Jusqu'au 12 décembre 2021

  • Portrait de Robert Badinter (lawyer) 2005

 

1
Une passion pour la justice
« Si la peur de la mort arrêtait les hommes, vous n’auriez ni grands soldats, ni grands sportifs » déclarait Robert Badinter sur le podium de l’Assemblée nationale, en 1981. Pour les 40 ans de l’abolition de la peine de mort, la BnF nous emmène en voyage dans la bibliothèque personnelle de celui qui fut avocat, Garde des Sceaux, sénateur, Président du Conseil Constitutionnel et avant tout humaniste… Plus qu’une bibliothèque, un véritable musée ! 80 documents d’une extrême rareté se déploient entre les précieuses étagères de l’Arsenal, témoignages de sa passion pour l’histoire du crime et des peines, de sa vocation assumée « d’Hugolâtre », de sa soif de comprendre la période révolutionnaire. Là, une complainte criminelle du XIXe donne la réplique à un mandat d’arrêt signé Robespierre ; ici, les travaux funestes du docteur Guillotin se confrontent au discours poignant de Robert Badinter. Pour la première fois nous est dévoilé un spectaculaire exemplaire calligraphié de la Déclaration des Droits de l’Homme datant de 1790, un ensemble graphique du peintre Letuaire restituant le souvenir du bagne de Toulon, ou encore les souffrances manuscrites d’Alfred Dreyfus et les actions de ses défenseurs Georges Clemenceau, Jean Jaurès ou Émile Zola, dont la fameuse Une du journal L’Aurore barrée du célèbre « J’accuse » – nous rappelant combien comme notre liberté est précieuse.


Musée de la Grande Guerre de Meaux