Musée de la Vie romantique
Musée de la Vie romantique

La toile autodétruite de Banksy remise aux enchères

Le ridicule ne tue pas, le marché de l'art en est la preuve. Alors que le street artiste avait programmé la destruction de son œuvre La Petite fille au ballon pendant ses enchères de 2018, la voilà de retour sur le marché, non restaurée, et pourtant... sa valeur a été décuplée.

Banksy doit suivre tout cela avec beaucoup d'intérêt. Inlassable critique de la marchandisation de l'art, le pochoiriste de luxe voit une nouvelle fois une de ses œuvres revendue "contre son gré". Et pas n'importe laquelle, s'agissant expressément de celle qui était censée ridiculiser le monde des enchères. Rappelons qu'à l’époque, juste après le coup de marteau du commissaire l'ayant adjugée pour plus d'un million, la toile avait vu sa moitié inférieure réduite en lambeaux grâce à un broyeur télécommandé dissimulé dans le cadre. Coup du hasard (ou pas), la destruction fut partielle à cause d'un défaut de mécanisme et La Fille au ballon fut aussitôt rebaptisée L’amour est dans la poubelle (Love is in the Bin en VO). L'anormale épaisseur du cadre n'avait pas alerté la maison de vente Sotheby's qui avait assuré ne pas avoir été avertie du coup monté. Banksy en personne s'était dit surpris que le tableau ait réussi à passer les systèmes de sécurité. Justicier du monde de l'art ou business man passé maître dans l'art de manipuler le marché, le mystère reste entier. Sauf peut-être pour Damien Hirst, son vieil ami et collaborateur originaire, lui aussi, de Bristol, auteur du crâne humain serti de diamants à 100 millions de dollars et responsable de l'hécatombe de 9000 papillons tués au nom de l'art, qui doit avoir sa petite idée.

L’amour est dans la poubelle sera mise en vente le 14 octobre 2021, à Londres, toujours chez Sotheby’s. La maison de vente est d'ailleurs revenue sur cet évènement en qualifiant la destruction de « happening artistique le plus spectaculaire du XXIe siècle », la plaçant dans l’« héritage d’art anti-establishment qui a commencé avec [le mouvement] dada et Marcel Duchamp ». Le prix attendu, estimé entre 4,6 et 7 millions d'euros, est quatre à six fois plus élevé que la vente originale. La collectionneuse anonyme qui, à l'époque, s'était gratifiée de "posséder [son] bout d'histoire de l'art", s'en est finalement déjà lassée. Pourvu que cette seconde vente puisse réactionner le mécanisme jusqu'au bout...


Vous aimerez aussi…

Huevos-Faberge
  • Actu
  • Scandale

Russie : de faux œufs Fabergé exposés au musée de l'Ermitage ?

Nouvelle polémique en Russie : un marchand d'art londonien a pointé du doigt une exposition du musée de l'Ermitage qui présenterait de nombreuses contre-façons du maître joaillier Fabergé, connu pour ses oeufs inestimables.

statuettes igbo
  • Actu
  • Scandale

Une vente de statuettes nigérianes fait polémique, ravivant le débat sur la restitution des oeuvres à leur pays d'origine

Le débat sur la restitution des oeuvres continue à faire rage : une commission nationale nigériane a demandé la suspension d'une vente de statuettes à Paris au sein de la société Christie's, qui auraient été dérobées pendant la guerre civile du Biafra (1967-1970), selon elle, en exigeant des compensations. Mais Christie's a rejeté, fin juin, cette requête, arguant que les objets de la vente ont été obtenus de manière légale.

©AFP/Archives / Thomas SAMSON
  • Actu
  • Scandale

Une œuvre de Banksy volée à Paris à l’arrière du Bataclan, retrouvée en Italie

En janvier 2019, une porte du Bataclan sur laquelle était peinte une œuvre de Banksy, avait été volée. Découpée à la meuleuse, cette fameuse porte avait disparu du jour au lendemain, et jusqu’alors l’histoire demeurait non résolue.

Crédits Wikipédia, libre de droits
  • Actu
  • Scandale

Grecs versus Britanniques : la guerre est déclarée pour les marbres du Parthénon

Le torchon brûle entre les Grecs et les Britanniques au sujet d'oeuvres historiques, les marbres du Parthénon, des fresques mythiques enlevées par Lord Elgin, ambassadeur britannique à la cour ottomane au début du XIXème siècle. Ces frises antiques sont aujourd'hui exposées au British Museum et la Grèce manifeste son désir de les récupérer depuis des années.


Musée de la Vie romantique