Nuit Blanche 2021 : Les 5 bons plans à ne pas louper

C'est LE rendez-vous d'art contemporain à ne pas louper cette semaine. Arpentez les rues lors de cette nuit encore douce du début d'automne et imprégnez-vous de l'atmosphère tantôt festive, énigmatique ou engagée, que nous ont concoctés les artistes de la scène contemporaine actuelle. Découvrez notre palmarès.

 

1

Le plus festif : Des danseurs en herbe par milliers dans les rues de la Capitale

 

Le chorégraphe Mourad Merzouki nous donne rendez-vous à 19h place de l’Hôtel de Ville transformée pour l’occasion en véritable dancefloor à ciel ouvert, ainsi que sur le parvis des mairies des 5ème, 9ème, 10ème, 11ème, 12ème, 13ème, 14ème et 15ème arrondissements de Paris, mais également à Rueil-Malmaison, Aubervilliers, Créteil et Alfortville, pour prendre part à un mouvement collectif des plus festifs, sur les rythmes irrésistibles du prodige de l’électro Thylacine. Retransmis en simultané sur écrans géants et façades de rues pour les plus timides d’entre nous, ce spectacle participatif géant à ciel ouvert nous donnera, soyez-en sûrs, le goût d’être ensemble de nouveau.

2

Le plus engagé : L’écho retentissant de l’urgence climatique

 

La première édition de la Biennale sociale et environnementale Photoclimat nous reconnecte avec l’un des principaux enjeux de notre époque, en compagnie d’une trentaine d’artistes engagés pour la planète. Pour l’occasion, dix lieux et institutions de la capitale nous font découvrir leurs installations et travaux photographiques spectaculaires à l’originalité frappante, accompagnés de DJ-sets pointus et d’hologrammes futuristes, questionnant et sensibilisant sur l’urgence climatique. Des œuvres et projets écologiques grandioses, à découvrir à partir de 20h, les yeux grands ouverts.

Nos coups de cœurs : L’installation-film du duo de réalisateurs Priscilla Telmon et Vincent Moon place de l’Hôtel de Ville ; les performances, installations, vidéos et hologrammes Keep it Wild à l’Eglise Saint-Eustache et les œuvres étonnantes de Jérémy Gobé place de la Bastille.

3

Le plus branché : La créature architecturale et sonore de Nicolas Paolozzi

 

A la tombée de la nuit, la Grande Halle de la Villette nous invite à un dialogue singulier avec une créature pour le moins surprenante. L’installation grandiose à l’architecture presque immatérielle tout droit sortie de l’imaginaire de son concepteur Nicolas Paolozzi et du collectif RDV joue avec nous et nous plonge dans son atmosphère tantôt duveteuse, tantôt saisissante, au gré des créations sonores du compositeur Baptiste Martineau. Intrigués, stupéfiés, envoûtés par la machine lumineuse gigantesque, nous entrons en dialogue avec elle à notre moindre passage, modifiant ainsi son comportement. Rendez-vous dès 19h, pour tenter de l’apprivoiser.

4

Le plus chimérique : Trois lunes à Vitry-sur-Seine ?

 

Habitants de la ville de Vitry ou simples promeneurs, ne consultez pas en panique votre horoscope si, dans la nuit de samedi à dimanche, deux lunes supplémentaires semblent pointer le bout de leur nez. Deux d’entre elles seront très probablement les incroyables installations de l’artiste Daniel Purroy, visibles à des kilomètres à la ronde. Imposantes et lumineuses, ces deux bijoux contemporains du 18 rue des Fusillés éclairent le quartier en pleine mutation des Ardoines, que le Kilowatt met cette année à l’honneur. Attention toutefois si l’effet d’optique venait à durer au-delà de cette nuit : Il faudrait alors sérieusement songer à consulter son ophtalmo.

5

Le plus pointu : Les petits arrangements d’Ange Leccia

 

Rendez-vous à 19h au stade Jean Bouin pour découvrir ou redécouvrir le travail performatif de l’artiste pluridisciplinaire Ange Leccia, présent dans les collections des plus prestigieux musées au monde, du Centre Pompidou Paris en passant par le musée Guggenheim de New York. Deux cages de football entourées de ses œuvres vidéo vous attendent en plein centre du terrain de jeu de nos rugbymen du Stade Français, confrontant ainsi sa sensibilité artistique à l’un de nos temples du sport nationaux. Une évasion unique, faisant appel à notre réflexion et à notre émotion sur les thèmes des médias et de la mémoire.

A voir aussi :

Le Gyrotope du Bois de Vincennes

Partez dès 19h à la recherche de l’installation sonore et lumineuse de l’artiste en plein cœur de Vincennes. Transportant le public dans un espace-temps aux confins du réel et du virtuel, ce large cercle de colonnes lumineuses dissout les frontières de la perception pour nous laisser songeurs…

La swimming-pool party de la piscine Georges Vallerey

En plein cœur du 20ème arrondissement de Paris, assistez les pieds dans l’eau (ou dans les gradins pour les plus frileux) au DJ set enivrant de l’époustouflante Barbara Butch et profitez-en pour admirer les shows de l’Equipe de France de Natation Artistique.

Lumière sur Napoléon !

Pour cette édition 2021, les Invalides et le musée de l’Armée se parent de leurs habits de lumière et vous proposent un parcours tout en illuminations, jalonné des œuvres des artistes contemporains conviés à l’occasion de l’exposition « Napoléon ? Encore ! » et accompagné des médiateurs du musée.

Vincennes in Wonderland

Art contemporain et sport se mêlent au sein d’un espace de liberté et de communication unique, sur le cours de Vincennes. Retrouvons-nous dès 17h sur ses lieux de débats et de questionnements et au milieu d’œuvres contemporaines des plus inspirantes.

Qu’y a-t-il entre nous ?

Le Centre Pompidou confie cette année sa façade à l’artiste Tim Etchells qui nous propose pour l’occasion l’une des incroyables phrases en néon dont il a le secret. Faisant plus de 43m de long, elle ne manquera pas de résonner en chaque visiteur, comme une remémoration de l’importance des relations humaines et artistiques.

 

Plus d'informations sur Nuit Blanche