Département du Doubs
Département du Doubs

Un collectionneur d’art interdit d’achat d’œuvres à vie

  • Head
  • _122004280_larnax_danyc

 

5

Après plusieurs années d’une longue enquête, le collectionneur américain Michael Steinhardt a été contraint de restituer 180 objets d’art dérobés.

 Ce milliardaire et philanthrope (à première vue) de 80 ans était dans le collimateur du procureur de New York Cyrus Vance depuis plusieurs années. Il faut dire que cet homme, dont la fortune personnelle est estimée à plus de 1.2 millions de dollars, avait de quoi intriguer. Michael Steinhardt, qui a tout de même donné son nom à l’une des galeries du Metropolitain Museum of Art de New York, a toujours fait preuve d’un appétit vorace pour les œuvres d’art, en particulier celles venues de l’Antiquité. Des perquisitions successives dans ses bureaux et à son domicile ont ainsi permis de découvrir 180 objets d’art et antiquités qui avaient été déclarés volés ces dernières décennies. Parmi les pièces retrouvées, un rhyton grec à tête de cerf (400 avant J.C) estimé à 3,5 millions de dollars, et un larnax de la Grèce antique (1.400-1.200 avant J.C) à un million de dollars. Une découverte stupéfiante, et assez alarmante, qui lie alors le milliardaire à un engrenage sans fin de trafics, de pillages de tombes, de blanchiment d’argent, etc., menés avec les complicité de criminels et de brigands, ayant tout de même permis de brasser plus de 70 millions de dollars. Des accusations sérieuses, qui pourtant n’auront pas de conséquences tragiques, puisque décision a été prise de ne pas intenter de procès. Pour éviter que les objets soient stockés comme preuves dans des archives pendant des années durant les procédures, Cyrus Vance dit préférer que Michael Steinhardt s’engage simplement à restituer les œuvres aux 11 pays dans lesquels il les a dérobées. Le supposé philanthrope s’en sort donc plutôt bien, même s’il s’est vu soumettre « à une interdiction à vie et sans précédent d'acquisition d’antiquités » sur le marché légal de l'art. En espérant que ça le décourage de recommencer…


Expo précédente


Département du Doubs