Aux sources des nymphéas, l'exposition printanière qui explore le décor impressionniste au musée de l'Orangerie

Musée de l'Orangerie
Jusqu'au 11 juillet 2022

  • Vue de l'exposition Aux sources des nymphéas, décor impressionniste au Musée de l'Orangerie
  • Vue de l'exposition Aux sources des nymphéas, décor impressionniste au Musée de l'Orangerie
  • Vue de l'exposition Aux sources des nymphéas, décor impressionniste au Musée de l'Orangerie
  • Vue de l'exposition Aux sources des nymphéas, décor impressionniste au Musée de l'Orangerie
  • Vue de l'exposition Aux sources des nymphéas, décor impressionniste au Musée de l'Orangerie
  • Vue de l'exposition Aux sources des nymphéas, décor impressionniste au Musée de l'Orangerie
  • Vue de l'exposition Aux sources des nymphéas, décor impressionniste au Musée de l'Orangerie
  • Vue de l'exposition Aux sources des nymphéas, décor impressionniste au Musée de l'Orangerie
  • Vue de l'exposition Aux sources des nymphéas, décor impressionniste au Musée de l'Orangerie
  • Vue de l'exposition Aux sources des nymphéas, décor impressionniste au Musée de l'Orangerie
  • Vue de l'exposition Aux sources des nymphéas, décor impressionniste au Musée de l'Orangerie
  • Vue de l'exposition Aux sources des nymphéas, décor impressionniste au Musée de l'Orangerie
  • Vue de l'exposition Aux sources des nymphéas, décor impressionniste au Musée de l'Orangerie
  • Vue de l'exposition Aux sources des nymphéas, décor impressionniste au Musée de l'Orangerie
  • Vue de l'exposition Aux sources des nymphéas, décor impressionniste au Musée de l'Orangerie
  • Vue de l'exposition Aux sources des nymphéas, décor impressionniste au Musée de l'Orangerie
  • Vue de l'exposition Aux sources des nymphéas, décor impressionniste au Musée de l'Orangerie
  • Vue de l'exposition Aux sources des nymphéas, décor impressionniste au Musée de l'Orangerie
  • Vue de l'exposition Aux sources des nymphéas, décor impressionniste au Musée de l'Orangerie

 

19

« Ç’a été le rêve de toute ma vie de peindre des murs ». Un désir assumé par l’illustre Edgar Degas qui, comme bon nombre de peintres impressionnistes, brouilla les frontières de l’art noble en multipliant les supports et en renouvelant les modèles. Si l’Histoire a longtemps séparé les arts décoratifs de la vague impressionniste, force est de constater que la réflexion sur la place du beau dans la vie quotidienne a fait partie intégrante de leurs démarches artistiques. Oubliez donc le critique Louis Leroy, qui avait osé comparer l’œuvre de Claude Monet à du vulgaire « papier peint », le mouvement regorge de véritables trésors décoratifs. Pour la première fois, une exposition rassemble une centaine de peintures, dessins, éventails et céramiques pour raconter cette autre histoire du mouvement impressionniste. Riche d’innombrables chefs-d’œuvre signés entre autres par Cézanne, Monet, Pissarro et Manet, l’Orangerie dévoile ici une facette oubliée et méconnue de leurs productions, redonnant à un art que l’on pensait familier une profondeur insoupçonnée. Un récit qui semble davantage se rapprocher de la conception artistique de Renoir, pour qui l’art était avant tout destiné à « égayer les murs ».

Focus sur...
LE DÉJEUNER DE CLAUDE MONET

  • Claude Monet, Le déjeuner : panneau décoratif

 

1

Après 1870, Monet renonce aux grands formats de ses débuts. Quelques œuvres font cependant exception dans la carrière du peintre, à commencer par sa toile Le Déjeuner, exposée à la seconde exposition impressionniste de 1876 comme simple « panneau décoratif ». Le charme du tableau réside ici dans ses détails. Le peintre laisse derrière lui de nombreux indices d’un repas familial à peine terminé : la table n’est pas desservie, un chapeau est accroché à une branche tandis qu’un sac ainsi qu’une ombrelle reposent encore sur le banc. L’évocation simple d’une journée en famille où la figure humaine reste pourtant anecdotique…

Focus sur...
LES FLEURS DE GUSTAVE CAILLEBOTTE

  • Gustave Caillebotte, Parterre de Marguerites

 

1

Nous connaissons de Gustave Caillebotte ses descriptions du Paris bourgeois et haussmannien, mais beaucoup moins ses parterres de fleurs décoratifs ! Cet ensemble constitue pourtant l’un des derniers témoignages des décors impressionnistes du début des années 1890. Propriétaire d’un magnifique jardin au Petit-Gennevilliers, le peintre y puise son inspiration et signe là-bas de multiples panneaux décoratifs pour orner les murs de sa maison. Réalisées bien avant les Nymphéas de Claude Monet, ces fleurs éparpillées sur la toile, marguerites couchées par le vent et vues d’en haut, rappellent certains chefs-d’œuvre du Japon peints sur des paravents et des cloisons coulissantes.


Vous aimerez aussi…

Exposition Un arbre comme une femme, une pierre comme une tête, Institut Giacometti (2)
  • Contemporain
  • Sculpture

Exposition Giacometti et le paysage à l’Institut Giacometti, la nouvelle facette du sculpteur

Institut Giacometti
Jusqu'au 18 septembre 2022

Avec l'Institut Giacometti, oubliez l’image que vous vous faites du sculpteur suisse ! L'Institut vous propose une relecture inédite de l’œuvre de l’artiste en mettant en lumière un pan méconnu de son travail : sa peinture.

Inv.120  001
  • Incontournable
  • Ethnique

Exposition Gulbenkian : dans l'intimité d'un collectionneur à l'Hôtel de la Marine

Hôtel de la Marine
Jusqu'au 2 octobre 2022

L'Hôtel de la Marine parisien consacre une exposition foisonnante à la splendide collection de Gulbenkian, figure arménienne incontournable qui a rassemblé d'inestimables objets d'art. Un condensé d'histoire et de découvertes !

Screenshot 2022-03-11 at 17-44-48 Peter Marino réinvente le 30 avenue Montaigne pour Dior
  • Actu
  • Incontournable

L'hôtel particulier de Christian Dior rouvre enfin ses portes mythiques !

L’hôtel particulier mythique de Christian Dior – le 30 avenue Montaigne – vient définitivement d’entrer dans la légende… La Maison Dior crée l’événement et rouvre son adresse historique, totalement métamorphosée après près de 3 ans de travaux.

cda22_manraymain5-tt-width-1200-height-674-fill-1-crop-0-bgcolor-ffffff
  • Actu
  • Incontournable

Man Ray : son cliché emblématique enfin devenu la photo la plus chère de l’Histoire

Un dos féminin dénudé, deux ouïes de violon, le tout sur un cliché en noir et blanc. Réalisée en 1924, cette photographie signée Man Ray et baptisée Le Violon d’Ingres, est une œuvre incontestée, incontournable. Et son tirage vient juste d'atteindre un record historique !