fbpx
Mémoire de l'oubli
Mémoire de l'oubli

Tomas Saraceno - On Air

Du 17 octobre au 8 janvier 2019 -
Palais de Tokyo //

  • Spiders_underwater
  • Photography by Studio Tomás Saraceno, © 2010
  • Photography by Studio Tomás Saraceno, © 2015
  • Photography by Studio Tomás Saraceno, © 2015
  • Photography by Studio Tomás Saraceno, © 2010
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • Vue de l'exposition carte blanche à Tomas Saraceno - Palais de Tokyo (27)
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City

 

Percevoir le monde sous un nouvel angle, se mettre dans la peau de quelqu’un d’autre – d’un autre être vivant –, ressentir l’environnement autour de soi : tels sont des états dans lesquels l’art contemporain peut nous plonger. Et si les 13 000 m² du Palais de Tokyo en sont plutôt propices, la nouvelle carte blanche de l’artiste les mène ici à leur paroxysme, promettant des installations monumentales qui remueront à coup sûr la sensibilité du visiteur. Car Tomás Saraceno fait les choses en grand… en maniant le tout petit. Porté par l’art environnemental, ses créations oniriques sont conçues dans l’espoir de sensibiliser le regard du spectateur sur l’écologie. À la Biennale de Venise en 2009, il remplissait toute une pièce de l’exposition internationale d’une énorme toile d’araignée. Dans son œuvre Galaxies, il matérialisait à une échelle monumentale des gouttes d’eau glissant sur celle-ci. Il faisait même voler des sacs en plastique pour la Cop 21. Face à ses installations, le message devient ainsi limpide et accessible : il faut changer notre point de vue en se plaçant du côté du microscopique. Pensé comme une membrane où coexistent espèces, mouvements ou sons ; petite et grande échelle, le microscopique devient alors cosmique. Dans ce réseau interconnecté, cette « hyper-toile » du présent, le rien est relié au tout et les sensations sont démultipliées. Une manière poétique de mettre tous les êtres en osmose.

Palais de Tokyo entrusts his carte blanche to Tomás Saraceno, who mixes art and science, micro and macroscopic to sensitize us about environmental questions.

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

Geneviève Mathieu, « Eve et le serpent »
  • Contemporain
  • Gratuit

Les Arborés

Jusqu'au 16 décembre 2018 -   Commanderie Saint-Jean // Dame Nature à la Biennale d'Art de Corbeil-Essonnes Plus que jamais, notre rapport à la nature et à l’écologie questionne, révolte, ou…

Morellet
  • Contemporain
  • Sculpture

Suspension

Du 16 au 28 octobre 2018 - Palais d'Iéna // Une histoire aérienne de la sculpture abstraite. 1918-2018 - Situé dans le cercle d’or de l’art contemporain parisien, puisque le palais de Tokyo et le…

(c) Guillaume Crochez
  • En famille
  • Cinéma

Vaux-le-Vicomte fait son cinéma

Du 22 septembre au 4 novembre 2018 - Château de Vaux-le-Vicomte // Quel est le point commun entre La Folie des Grandeurs et Marie-Antoinette de Sofia Coppola ? Un château. Celui de…

11-© Colours x Colours Thomas Blanchard_Oilhack
  • Numérique
  • Contemporain

Colours x Colours

Du 7 septembre 2018 au 6 janvier 2018 - Studio de l'Atelier des Lumières // Attention, cette exposition risque de sérieusement enthousiasmer vos jeunes (adolescents compris) ! Ce projet visuel…


Mémoire de l'oubli