Trésors de Kyoto
Trésors de Kyoto

Passée au crible : On air, carte blanche à Tomás Saraceno, Science ou poésie ?

Jusqu'au 6 janvier 2019 -
Palais de Tokyo //

  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City

 

L’art est partout, surtout dans ce qu’on ne voit pas : voilà ce que semble nous dire la nouvelle carte blanche du Palais de Tokyo, attribuée à Tomás Saraceno. Et il faudra, pour certains visiteurs, s’armer de courage pour visiter cette exposition qui se veut immersive… Les araignées de l’artiste environnemental peuplent depuis plusieurs mois les espaces monochromes du musée. Il faut dire que le plasticien argentin a la manie de faire de l’art avec tout ce qui ne relève pas de cette sphère : au fil du parcours, de cet « écosystème » inter espèces où chacun est invité à entrer et à participer, les œuvres-expérimentations scientifiques de Tomás Saraceno se succèdent, déployées sur deux niveaux, au sens littéral comme au figuré.

Dans « Webs of At-Tent(s)ion », 76 toiles d’araignées tissées par différentes espèces forment une nébuleuse, une constellation flottante d’une poésie rare, mais aussi, d’un point de vue plus pragmatique, l’habitat et l’extension des sens de ces insectes qui reçoivent à travers les réseaux de fils de soie, des informations sur le monde qui les entoure. Si des micros spécifiques permettent d’écouter le rythme des vibrations échangées, il faudra pour les entendre, être silencieux… presque invisible à son tour. Invisible comme l’infiniment petit, que l’artiste s’est amusé à rendre perceptible dans « Printed Matters ». Dans cette installation, c’est au mouvement des particules flottantes, notamment celles de la pollution que Tomás Saraceno nous confronte : si les impressions à l’encre qui en ressortent sont séduisantes, elles traduisent de manière terre-à-terre la qualité horrifique de l’air que nous respirons…

Nombreuses, toutes les créations-démonstrations de cette exposition-expérience poussent à nous interroger sur le futur de l’homme et son adaptation à l’environnement, qu’il a lui-même modifié. « Les humains pourraient-ils un jour vivre dans les airs ? » sonne comme le dernier vers de cette réflexion physique intense dont on ressort troublé : sûrement le résultat des oscillations entre sublime poétique et constat écologique.

Palais de Tokyo entrusts his carte blanche to Tomás Saraceno, who mixes art and science, micro and macroscopic to sensitize us about environmental questions.


Vous aimerez aussi…

Lequeu, Il est libre
  • Classique
  • Découverte

Passée au crible : Jean-Jacques Lequeu, bâtisseur de fantasmes

Du 11 décembre 2018 au 17 mars 2019 - Petit Palais // En voilà une exposition qui secoue le Petit Palais et qui, sans tergiverser, nous ravit. Qui aurait cru que des œuvres aussi explicites et…

© Arts in the City
  • Classique
  • Incontournable

Passée au crible : Picasso bleu et rose, l'avant Picasso

Du 18 septembre au 6 janvier 2019 - Musée d'Orsay // Picasso par ci, Picasso par là… L’année 2018 a largement mis à l’honneur le peintre catalan mondialement connu. L’exposition « Picasso. Bleu…

© Arts in the City
  • Classique
  • Incontournable

Passée au crible : Collections privées, privilège partagé

Du 13 septembre 2018 au 10 février 2019 - Musée Marmottan Monet // Quand on voit des chefs-d’œuvre de grands maîtres de l’Histoire de l’art partir à des prix mirobolants lors des ventes aux…

© Arts in the City
  • Contemporain
  • Incontournable

Passée au crible : Egon Schiele, un peu chaste

Du 3 octobre 2018 au 14 janvier 2019 - Fondation Louis Vuitton //  Si on nous l’annonçait comme le couple de l’année, ne cherchez pas dans l’exposition de la Fondation Louis Vuitton un quelconque…


Trésors de Kyoto