Découverte - L'artiste Yujia Hu et ses sushis

Des sushis à l'art il n'y a qu'un pas //

  • Le Cri, Edvard Munch
  • Jack Sparrow, Pirates des Caraïbes
  • Nike
  • Gucci
  • Frida Kahlo
  • Nike
  • Sushi art
  • Vogue
  • Coupe du monde
  • La Joconde
  • Keith Haring

 

Quand l'artiste Yujia Hu décide de se mettre au sushi art, il nous régale les yeux ! Des baskets, des vêtements, des stars... Rien ne l'effraie ! La couleur orange du saumon rend son Instagram harmonieux et original, de quoi se mêler à ses 37 000 abonnés. C'est pas le tout mais ça donne faim...

Découvrez son travail en vidéo :


Vous aimerez aussi…

May Parlar, Collective Solitude 2
  • Découverte
  • Photo

La solitude collective de May Parlar

La série « Collective Solitude » de May Parlard, nominée pour le Prix Aesthetica Art de 2019, interroge les questions d’appartenance et d’aliénation, du changement constant de l’être en devenir… Centrée sur le féminin, May Parlar questionne les notions d’identité et du rapport entretenu avec soi-même – ce « soi » parfois limpide mais aussi inaccessible.

Leandro Erlich
  • Découverte

Leandro Erlich pose une échelle vers le ciel

Fortement imprégné de l’esthétique du réalisme magique, c’est en Nouvelle Orléans que Leandro Erlich a pour la première fois l’idée de ce qui deviendra ensuite ses installation phares « Window and Ladder – Too Late for Help » ou « L’ultime déménagement ».

Isaac Cordal
  • Découverte

 Du haut de leur 15cm, ils dénoncent les travers de notre société ! Les personnages urbains d’Isaac Cordal

L’idée du microcosme de l’homme opposé au macrocosme n’est pas nouvelle : sans avoir à remonter jusqu’aux Pensées de Pascal, on la retrouve chez l’artiste espagnol Isaac Cordal. Dans une série d’interventions et d’installations publiques nommée « Éclipses de Ciment », il met en scène de minuscules personnages d’une quinzaine de centimètres dans le milieu urbain.

Bruno Catalano - Les voyageurs 2
  • Découverte

 Des voyageurs qui disparaissent, sculptures surréalistes de Bruno Catalano

Impossible de rester de marbre face aux voyageurs incomplets de Bruno Catalano qui semblent disparaître sous nos yeux et dont seuls des lambeaux demeurent.  Et si cela nous touche autant, c’est parce que leur histoire est profondément humaine, intrinsèquement liée à la vie de l’artiste lui-même.