A la loupe - Kasimir Malévitch et la naissance du Suprématisme

Centre Pompidou
Du 28 mars au 16 juillet 2018

Malévitch -

Carré noir suprématiste, 1915 //

Un théâtre de Moscou. Voici le lieu de naissance du suprématisme, qui vit le jour en 1913 sous les pinceaux du jeune Malévitch, peintre alors peu connu, encore fauviste et cubo-futuriste – ne vous arrêtez pas à ces termes quelque peu obscurs, nous allons tout vous expliquer.

En 1913 donc, Kasimir Malévitch est convié à réaliser les costumes et les décors de l’opéra Victoire sur le soleil, de son ami et poète Alexeï Kroutchenykh. Les spectateurs qui assistèrent à la première de cet opéra futuriste eurent en effet la chance, si tant est qu’ils aient été attentifs aux décors, de voir pour la toute première fois l’esquisse de ce qui deviendra la marque de fabrique de Malévitch et du suprématisme : le fameux carré noir sur fond blanc.

Mais qu’est-ce donc que le suprématisme ? Il s’agit de la pierre angulaire de l’Avant-garde russe. Le suprématisme, c’est simple : géométrie et couleurs sont les maîtres mots. Et de sa période fauviste Malévitch gardera le principe de l’organisation des couleurs en système. Ainsi, le blanc est réservé pour le fond des toiles, et représente toujours l’infini. Le noir est généralement réservé pour l’emblématique carré. Quant aux autres couleurs, primaires surtout, leur emploi n’est pas codifié. Le sens du suprématisme tient tout aussi essentiellement à la géométrie : les formes représentent les dimensions de notre temps et de notre espace. La clef d’une œuvre suprématiste ? Capturer un moment précis dans l’univers : le blanc, c’est l’univers, et les couleurs et les formes, le moment précis.

Deux ans après la Victoire sur le soleil, c’est la naissance officielle de ce courant, avec le fameux Carré Noir suprématiste, réalisé en 1915.

Mais rappelons peut-être qu’aussi étonnant que cela puisse paraître, la carrière de Malévitch, lancée par cette révolution radicale qu’est le suprématisme, s’est terminée sur une touche bien plus classique et traditionnelle. À la fin de sa vie, ses tableaux sont bien plus réalistes et impressionnistes, comme avec sa Fille aux fleurs, peinte en 1930.

>> En savoir plus sur l'exposition


Vous aimerez aussi…

© RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) /Gérard Blot
  • Classique

A la loupe : Marie-Guillemine Benoist, Portrait d’une femme noire (1800)

Musée d'Orsay
Du 26 mars au 21 juillet 2019

Marie-Guillemine Benoist, Portrait d’une femme noire (1800) Promenez-vous attentivement au Musée d’Orsay : combien de modèles noirs pouvez-vous dénombrer ? La réponse est assurément « trop peu ».…

kupka_disquesdenewton

Kupka, comparé à Delaunay

Grand Palais
Du 21 mars au 30 juillet 2018

Kupka - Disque de Newton, 1912 // Kupka et Delaunay, chanter la lumière, célébrer le soleil Le salon des Indépendants de 1913, où étaient présents Kupka et Delaunay, révèle au public un nouveau…

guernica-picasso-820x300

Les 10 choses à savoir sur Guernica

Pablo Picasso -  Guernica, 1937 // Bien que vous ne puissiez pas admirer Guernica au cours de l’exposition, il est essentiel d’en connaître l’histoire pour mesurer toute la richesse du…

Edgar Degas, Ballet dit aussi L'Étoile, vers 1876

L'envers du décor

Edgar Degas -  Ballet, dit aussi L'Étoile (vers 1876) // La danseuse étoile s’élance avec impétuosité sur le devant de la scène pour le salut final. Frêle oiseau de tulle et de taffetas, elle…