Requiem pour les Barthélemy
Requiem pour les Barthélemy

Helmar Lerski

Du 11 avril au 26 août 2018 -
Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme //

  • 1. Pionnier
  • 3. Juive yéménite
  • 4. Acrice
  • 5. Bédouin
  • 6. Enfant
  • 7. Métamorphose
  • 8. Mains
  • 9. Arabe à Jérusalem
  • 10. Soldat juif

 

Lumière sur la beauté humaine

« Que la lumière soif, et la lumière but ». Cette amusante citation d’André Beucler, pourrait être une traduction littérale des visages d’Helmar Lerski. En effet, le photographe allemand né au XIX e siècle, consacre toute une partie de son œuvre au travail de la lumière. Elle lui permet d’aller à la rencontre des âmes, celles des modèles qui posent pour lui. Il faut dire qu’Helmar Lerski développe son art dans l’entre-deux- guerres, au sein des avant-gardes européennes. Le cinéma de Fritz Lang, avec qui Lerski collabore sur le tournage de Metropolis, l’architecture et le théâtre du Bauhaus, la peinture du Stijl, chaque mouvement opère une révolution de la lumière tandis qu’Helmar Lerski lui permet de transcender la
photographie. L’œuvre que l’on retient : celle de la Métamorphose par la lumière en 1936. Une série poignante de 137 portraits à travers laquelle le spectateur est saisi par la brutalité des visages, défaits de leurs artifices et apanages sociaux, et devant lesquels il demeure stupéfait. Cette première exposition monographique de l’artiste en France rend ainsi majestueusement hommage à cet immense photographe, auteur d’une œuvre captivante.

Helmar Lerski began practicing photography in the 1910s, revealing unusual and dramatic portraits that played with light, reflecting mirrors and disturbing close-ups. Through his work, he unveils humans’ soul in the wake of what, it gives a unique experience of human faces.



Requiem pour les Barthélemy