Requiem pour les Barthélemy
Requiem pour les Barthélemy

"Gilles Caron, 1968"

  • Michel Poivert, Gilles Caron 1968, Flammarion
  • Daniel Cohn-Bendit devant la Sorbonne. Paris, mai 1968
  • Gilles Caron
  • Le lanceur de pavé
  • Manifestation CGT

 

A l’occasion du 50e anniversaire de Mai 68, le photographe Gilles Caron s’expose pour la première fois à Paris, à l’Hôtel de ville. Les 300 photographies exposées sont décryptées dans l’ouvrage de Michel Poivert, rappelant et élucidant certains points des événements de mai 68 mais surtout l’œuvre de Gilles Caron.

Car si les photojournalistes étaient nombreux à couvrir cet événement, Gilles Caron s’en dégage cependant, et ce à l’âge de 28 ans, par des clichés iconiques. Par son âge et son objectif, il symbolise ainsi cette jeunesse des années soixante. Comment ? En travaillant l’événement dans sa forme emblématique : la manifestation. Pourtant, le catalogue d’exposition ne se fige pas sur ce motif. Il mêle dans ses pages, photographies de jeunesse combattante, pavés à la main, et clichés reflétant la culture de l’époque, du cinéma de la nouvelle vague aux créations de mode. « Des passions jusqu’alors jugées puériles […], ces nouveaux signes d’appartenance à une génération pop qui s’exprime avec ses journaux », remémore l’auteur. Oui, la révolution est aussi culturelle.

Mireille Darc, Romy Schneider, France Gall, Alain Delon, Claude François ou Françoise Hardy : ici, rien n’est anecdotique, même aux côtés des portraits de « l’hyperprésident » De Gaulle, des images de Nanterre ou des victimes de l’insurrection. Dans cet escalade de violence, Gilles Caron passe « de l’expression symbolique au langage des corps » et dégage de cette chorégraphie, des clichés puissants.

Mais Michel Poivert souligne aussi le fait que Caron ne fut pas un « soixante-huitard » : cet événement auquel il assiste n’en est qu’un parmi d’autres. Il réalisait au même moment un reportage sur la guerre du Biafra. Incarnant la figure de photographie de presse comme mémoire visuelle, « Caron est un décrypteur d’événements, pas un photographe d’opinion » conclut-il. On ne peut s’empêcher cependant, de ressentir au cours de notre lecture, le « spleen sixties » qui survolaient alors les combats et les incertitudes de l’époque.

Gilles Caron 1986
Auteur : Michel Poivert
287 pages - Editions Flammarion - valeur : 39,90 €

>> L'exposition Gilles Caron, Paris 1968 à l'Hôtel de Ville


Vous aimerez aussi…

Les égyptiens et leurs mythes - Dimitri Meeks - Hazan
  • Littéraire

Les égyptiens et leurs mythes

Dimitri Meeks - Parution le 3 octobre 2018 // La religion égyptienne a toujours exercé une certaine fascination : l’égyptologie tente d’éclaircir l’héritage que cette ère historique mystérieuse…

Couverture - Bande dessinée Traces de la Grande Guerre, ce qu'il en reste - Collectif On A Marché Sur La Bulle
  • Littéraire
  • Dessin

Traces de la Grande Guerre, ce qu'il en reste

Ouvrage collectif de l'association “On a marché sur la bulle” - Paru le 5 octobre 2018 // 42 auteurs, 18 histoires et 152 pages de bande-dessinée pour nous conter, d’une façon différente et…

Art et histoire du Judaïsme
  • Littéraire

Art et histoire du Judaïsme - Un abécédaire

Collectif - Paru le 19 septembre 2018 // D'Adam à yiddish, en passant par bande dessinée, Dreyfus, exil, femmes, humour, Jérusalem, kabbale, magie ou Torah - cent cinq termes illustrés d'œuvres et…

malevitch2

Malévitch

Jean-Claude Marcadé – Parution le 7 septembre 2016 //   Jean-Claude Marcadé a publié en 1990 la première monographie au monde sur Kasimir Malévitch (1878-1935), fondateur du suprématisme,…


Requiem pour les Barthélemy