fbpx
Port Royal - Sébastien Bourdon
Port Royal - Sébastien Bourdon

Pierre-Luc Bartoli - Paysages

Du 28 septembre au 30 octobre 2018 -
Galerie Gare de Marlon //

  • ©  Pierre-Luc  Bartoli
  • ©  Pierre-Luc  Bartoli
  • ©  Pierre-Luc  Bartoli
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City

 

Au plus noir de la nuit, était l’oeuvre de Pierre-Luc Bartoli. Passionné par la vie nocturne et ses noctambules, le peintre contemporain originaire d’Aix-en-Provence, manie la peinture à l’huile pour en faire jaillir une atmosphère épaisse et brumeuse, celle des heures interdites. Sur le pont Charles de Prague, dans le désert venteux, ou dans une Sibérie isolée, ces paysages universels sont saisis dans des moments mystiques de la vie. Pourtant depuis quelques temps, il ressort des toiles de Bartoli, davantage de couleurs, mêlées à ce tourbillon à la William Turner. Finie la nuit omniprésente et pesante, les paysages de forêts et les envolées d’oiseaux composent la nouvelle série de son travail, exposée ici. Cependant, l’esprit reste bien le même, jamais très loin, à hanter la peinture de l’artiste. La forêt qu’il représente, torturée, on la croirait en fl ammes. Quant aux oiseaux, on les imagine fuir aussi vite que leurs ailes le leur permettent. Le romantisme qui en ressort, nous ramène à l’époque de l’adoration des ruines et des réfl exions solitaires, celle du XIXe siècle. Finalement, une métaphore de l’obscurité n’est-elle pas plus puissante que sa représentation même ?

Don’t be scared to discover Pierre-Luc Bartoli’s paintings and let yourself be carried away by these dark landscapes.

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

Matériaux  divers,  Courtesy  SCAI  THE  BATHHOUSE  ©  Nobuta  Omote  /  SANDWICH
  • Contemporain

Kohei Nawa - PixCell-Deer

Jusqu'au 2 décembre 2018 - Musée de la Chasse et de la Nature // Kohei Nawa est une étoile montante de l’art contemporain, et l'on entend décidément beaucoup parler de lui en ce moment. Ce n’est…

© J.Lentignac
  • Classique

Dans la maison du Tigre

Exposition permanente - Musée Clémenceau // Quatre pièces, un jardin privé et une vue imprenable sur la Tour Eiffel : autant d’atouts immobiliers qui ont dû séduire Georges Clémenceau lorsqu’il…

Dorothea Lange, Manzanar Relocation Center
  • Photo
  • Incontournable

Dorothea Lange - Politiques du visible

Du 16 octobre 2018 au 27 janvier 2019 - Jeu de Paume // Dorothea Lange est l’une des femmes photographes les plus célèbres du XXème siècle. Ses photographies ont pour sujet la pauvreté et les…

(c) BnF,  département  des  Estampes  et  de  la  photographie
  • Photo

Les Nadar, une légende photographique

Du 16 octobre 2018 au 3 février 2019 - Bibliothèque Nationale de France - François Mitterand // Félix Tournachon, dit Nadar, est le plus souvent connu, aux yeux du grand public, pour son rôle de…


Port Royal - Sébastien Bourdon