Requiem pour les Barthélemy
Requiem pour les Barthélemy

Jean-Michel Coulon - Redécouverte

Du 18 octobre au 17 novembre 2018 -
Galerie Dukto Bonaparte //

  • (c) JM Coulon
  • (c) JM Coulon
  • (c) JM Coulon
  • (c) JM Coulon
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City

 

Qu’a-t-il bien pu se passer dans la vie de Jean-Michel Coulon pour que son œuvre, qui s’élève à plus de 600 tableaux, soit gardée secrète pendant la grande majorité de sa vie ? Ce partisan de la Nouvelle École de Paris a en effet modestement – ou égoïstement – laissé ses toiles dans son atelier. Sa fille les découvre à sa mort, en 2014. C’est donc une œuvre abstraite et inédite qui s’expose au grand jour à la Galerie Dutko. Nouveau regard ou redécouverte, on y discerne une vie parisienne bien remplie, au réseau artistique indéniable et qualitatif : à 29 ans, Coulon participe à l’exposition collective chez Jeanne Bucher aux côtés de Braque, Picasso, Klee, Lurçat, de Staël et Kandinsky. Un an plus tard, en 1950, une exposition personnelle lui est consacrée dans cette même galerie, puis à New York. Seulement, à la suite de ces événements annonçant une carrière prometteuse, l’artiste décline les autres propositions qui lui seront faites : il n’atteindra donc pas le grand public. Aujourd’hui est mise à sa portée une cinquantaine d’œuvres, huiles sur toiles et collages, des années 40 aux années 90. On y devine ainsi la touche caractéristique de Coulon : une écriture géométrique et colorée à la matière dense et épaisse posée au couteau, s’apparentant à un nuancier ou une mosaïque aux tesselles irrégulières. Sa palette quant à elle, semble varier selon ses inspirations et ses voyages : tantôt le métallique de New York, tantôt la chaleur de l’Italie…

Discover Jean-Michel Coulon, an abstract painter from the Nouvelle École de Paris. His works of art have been hidden for fifty years and can now be seen !


Vous aimerez aussi…

©  Sophie  Calle  /  ADAGP,  Paris  2018
  • Gratuit
  • Concert

Parce que & Souris Calle

Jusqu’au 22 décembre 2018 - Galerie Perrotin // « Un seul être vous manque et tout est dépeuplé ». Ce célèbre poème de Lamartine pourrait facilement servir d’introduction à la nouvelle exposition…

Wang Keping, Fée de lune, 2013
  • Gratuit
  • Sculpture

Wang Keping

Jusqu’au 29 décembre 2018 - Galerie Nathalie Obadia // Si le nom de cette exposition peut sembler redondant, elle n’en est rien. On y découvre avec plaisir l’une des figures du groupe chinois…

(c) André Cervera
  • Gratuit
  • Contemporain

André Cervera

Jusqu'au 17 novembre 2018 -  Galerie Frédéric Roulette // Détournements de maîtres // Une impression de déjà-vu s’empare du visiteur face aux toiles qui composent cette exposition foisonnante.…

(c) Georges Dambier
  • Gratuit
  • Photo

Plaza Fashion Spirit

Jusqu'au 14 novembre 2018 - Hôtel Plaza Athénée // Vous suivez la Fashion Week et êtes fascinés par l’esprit couture typiquement parisien ? Une merveilleuse exposition organisée par Art Photo Expo…


Requiem pour les Barthélemy