Tijana Kojic - Syllogismes

Galerie Boris
Du 5 au 30 novembre 2018

Du 5 au 30 novembre 2018 - 
Galerie Boris //

  • Tijana Kojic, Cellule, 2018
  • Tijana Kojic, Charabia, 2018
  • Tijana Kojic, Dernier Stade du Lyrisme, 2018
  • Tijana Kojic, Hontes, 2018
  • Tijana Kojic, L'Histoire des Idées, 2018
  • Tijana Kojic, La Peur, 2018
  • Tijana Kojic, La Pléthore des Vocables, 2018
  • Tijana Kojic, Le Juron, Le Télégramme et L' Epitaphe, 2018
  • Tijana Kojic, Malmener, 2018
  • Tijana Kojic, Troie, 2018
  • Vue de l'exposition Renoir père et fils - Musée d'Orsay (33)
  • Vue de l'exposition Tijana Kojic, Syllogismes - Galerie Boris (11)
  • Vue de l'exposition Tijana Kojic, Syllogismes - Galerie Boris (14)
  • Vue de l'exposition Tijana Kojic, Syllogismes - Galerie Boris (15)
  • Vue de l'exposition Tijana Kojic, Syllogismes - Galerie Boris (16)
  • Vue de l'exposition Tijana Kojic, Syllogismes - Galerie Boris (19)
  • Vue de l'exposition Tijana Kojic, Syllogismes - Galerie Boris (20)
  • Vue de l'exposition Tijana Kojic, Syllogismes - Galerie Boris (23)
  • Vue de l'exposition Tijana Kojic, Syllogismes - Galerie Boris (24)
  • Vue de l'exposition Tijana Kojic, Syllogismes - Galerie Boris (25)
  • Vue de l'exposition Tijana Kojic, Syllogismes - Galerie Boris (28)
  • Vue de l'exposition Tijana Kojic, Syllogismes - Galerie Boris (29)
  • Vue de l'exposition Tijana Kojic, Syllogismes - Galerie Boris (38)
  • Vue de l'exposition Tijana Kojic, Syllogismes - Galerie Boris (42)
  • Vue de l'exposition Tijana Kojic, Syllogismes - Galerie Boris (1)
  • Vue de l'exposition Tijana Kojic, Syllogismes - Galerie Boris (2)
  • Vue de l'exposition Tijana Kojic, Syllogismes - Galerie Boris (3)
  • Vue de l'exposition Tijana Kojic, Syllogismes - Galerie Boris (4)
  • Vue de l'exposition Tijana Kojic, Syllogismes - Galerie Boris (5)
  • Vue de l'exposition Tijana Kojic, Syllogismes - Galerie Boris (8)
  • Vue de l'exposition Tijana Kojic, Syllogismes - Galerie Boris (10)

 

« Rouges », « vibrants », « qui donnent le vertige et qui désorientent telle une extase passionnelle » : les polyptyques de Tijana Kojic sont aussi puissants esthétiquement que dans leur concept. Quand on connaît l’inspiration de leur créatrice, c’est l’évidence qui s’impose. Emil Cioran et son livre Syllogismes de l’amertume sont bien à l’origine de ces gravures écarlates. Ce recueil de pensées, à la fois cynique et mélancolique qui s’évertue à résoudre l’idée du doute par des raisonnements excessifs se trouve ainsi représenté, par la technique particulière de l’artiste serbe. Son œuvre justement, à l’instar de l’être humain complexe, est multiple en elle-même : en associant plusieurs techniques dans une même création – dessin, peinture, gravure – elle en dégage un graphisme original et lui aussi, ardent. Cette ardeur illustre ainsi un procédé simple de raisonnement, à la limite du surréalisme – le syllogisme. Dans cette série d’estampes, les pensées s’alignent et se connectent. Souvenirs, mémoire, écrits, non-dits : chacune devient une réponse à la précédente, comme un tiret faisant le lien entre deux mots, comme une impression commune et constante. De ce parcours comme une réflexion logique entre deux vérités naît une troisième proposition fantasque et instinctive. En bref, comme l’écrivait l’audacieux Cioran, « l’avantage qu’il y a à se pencher sur la vie et la mort, c’est de pouvoir en dire n’importe quoi ». À vous, dans cette exposition, de vous étendre sur le sujet.

Inspired by Emil Cioran’s book called “Syllogismes de l’amertume”, Serbian artist Tijana Kojic creates polyptychs by mixing drawings, paintings and engravings.