Trésors de Kyoto
Trésors de Kyoto

Tijana Kojic - Syllogismes

Du 5 au 30 novembre 2018 - 
Galerie Boris //

  • (c)Tijana Kojic
  • (c)Tijana Kojic
  • (c)Tijana Kojic
  • (c)Tijana Kojic
  • (c)Tijana Kojic
  • (c)Tijana Kojic
  • (c)Tijana Kojic
  • (c)Tijana Kojic
  • (c)Tijana Kojic
  • (c)Tijana Kojic
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City

 

« Rouges », « vibrants », « qui donnent le vertige et qui désorientent telle une extase passionnelle » : les polyptyques de Tijana Kojic sont aussi puissants esthétiquement que dans leur concept. Quand on connaît l’inspiration de leur créatrice, c’est l’évidence qui s’impose. Emil Cioran et son livre Syllogismes de l’amertume sont bien à l’origine de ces gravures écarlates. Ce recueil de pensées, à la fois cynique et mélancolique qui s’évertue à résoudre l’idée du doute par des raisonnements excessifs se trouve ainsi représenté, par la technique particulière de l’artiste serbe. Son œuvre justement, à l’instar de l’être humain complexe, est multiple en elle-même : en associant plusieurs techniques dans une même création – dessin, peinture, gravure – elle en dégage un graphisme original et lui aussi, ardent. Cette ardeur illustre ainsi un procédé simple de raisonnement, à la limite du surréalisme – le syllogisme. Dans cette série d’estampes, les pensées s’alignent et se connectent. Souvenirs, mémoire, écrits, non-dits : chacune devient une réponse à la précédente, comme un tiret faisant le lien entre deux mots, comme une impression commune et constante. De ce parcours comme une réflexion logique entre deux vérités naît une troisième proposition fantasque et instinctive. En bref, comme l’écrivait l’audacieux Cioran, « l’avantage qu’il y a à se pencher sur la vie et la mort, c’est de pouvoir en dire n’importe quoi ». À vous, dans cette exposition, de vous étendre sur le sujet.

Inspired by Emil Cioran’s book called “Syllogismes de l’amertume”, Serbian artist Tijana Kojic creates polyptychs by mixing drawings, paintings and engravings.


Vous aimerez aussi…

©  Sophie  Calle  /  ADAGP,  Paris  2018
  • Gratuit
  • Concert

Parce que & Souris Calle

Jusqu’au 22 décembre 2018 - Galerie Perrotin // « Un seul être vous manque et tout est dépeuplé ». Ce célèbre poème de Lamartine pourrait facilement servir d’introduction à la nouvelle exposition…

Wang Keping, Fée de lune, 2013
  • Gratuit
  • Sculpture

Wang Keping

Jusqu’au 29 décembre 2018 - Galerie Nathalie Obadia // Si le nom de cette exposition peut sembler redondant, elle n’en est rien. On y découvre avec plaisir l’une des figures du groupe chinois…

©  Maarten  van  Haaff
  • Gratuit
  • Contemporain

JAVA - Art Energy

Jusqu’au 24 février 2019 - Institut des Cultures d’Islam // Saviez-vous que l’Indonésie est le quatrième pays le plus peuplé au monde (et le plus grand archipel), juste après les États-Unis ? Ce…

(c)  Atelier  d'Art  Lepic  2018
  • Gratuit
  • Dessin

Henri Landier - Requiem pour les Barthélemy

Du 11 novembre au 16 décembre 2018 - Atelier d'Art Lepic //   « …Heureux ceux qui sont morts pour la terre charnelle, mais pourvu que ce soit pour une juste guerre. Heureux ceux qui sont morts pour…


Trésors de Kyoto