SAINT-ÉTIENNE // Design et merveilleux - De la nature de l'ornement

Musée d'Art Moderne et Contemporain de St-Etienne Métropole
Du 1er décembre 2018 au 21 avril 2019

Du 1er décembre 2018 au 21 avril 2019 -
Musée d'Art Moderne et Contemporain Saint-Étienne Métropole //

  • Nendo (Sato Oki, dit), Diamond chair, 2008
  • Neri Oxman, "Remora " Pelvic Series, 2012
  • Marcel Wanders, Virtual Interiors, 2013. Vidéo
  • Vue de l'exposition Design et Merveilleux - MAMC Saint-Etienne
  • Vue de l'exposition Design et Merveilleux - MAMC Saint-Etienne
  • Vue de l'exposition Design et Merveilleux - MAMC Saint-Etienne
  • Vue de l'exposition Design et Merveilleux - MAMC Saint-Etienne
  • Vue de l'exposition Design et Merveilleux - MAMC Saint-Etienne
  • Vue de l'exposition Design et Merveilleux - MAMC Saint-Etienne
  • Vue de l'exposition Design et Merveilleux - MAMC Saint-Etienne
  • Vue de l'exposition Design et Merveilleux - MAMC Saint-Etienne
  • Vue de l'exposition Design et Merveilleux - MAMC Saint-Etienne
  • Vue de l'exposition Design et Merveilleux - MAMC Saint-Etienne
  • Vue de l'exposition Design et Merveilleux - MAMC Saint-Etienne
  • Vue de l'exposition Design et Merveilleux - MAMC Saint-Etienne
  • Alisa Andrasek, 2009
  • Alisa Andrasek, 2009
  • Alisa Andrasek, 2009
  • Mathias Bengtsson, Table Growth Table Titanium, 2016
  • Andrea Branzi, Lampe Foglia, 1988
  • YMER&MALTA / Benjamin Graindorge, Fallen tree, Collection Morning Mist, 2011
  • Andrew Kudless, Chrysalis III, 2012
  • Joris Laarman, Bone chaise prototype, 2006
  • Ross Lovegrove, Luminaire Cosmic Leaf, 2009
  • Ross Lovegrove, The Gingko Carbon Table, 2007
  • Marcel Wanders, Bon Bon Chair, 2010

 

Et si le numérique se mettait au service du design pour faire de son ornement traditionnel une notion qui ne s’attacherait plus simplement au motif ? Et si cet ornement subissait, comme la nature, un phénomène de croissance et de transformation ? Et si ces nouvelles formes nées d’une dimension calculée s’élevaient à un certain niveau de « merveilleux » ? Telles sont les interrogations contemporaines qu’explore cette exposition : une carte blanche dirigée par la conservatrice en chef du Centre Pompidou, amorçant brillamment la 11e Biennale Internationale du Design de Saint-Etienne et marquant le 30e anniversaire du Musée d’art moderne et contemporain de la ville. Par la centaine d’œuvres soigneusement choisies par Marie-Ange Brayer, le parcours se veut véritable « cabinet de curiosités », entre numérique et design, où la forme est totalement libérée. Les bancs deviennent alors arbres et les chaises acquièrent le langage esthétique des espèces végétales les plus sophistiquées de la nature. L’ornement n’est plus alors qu’un agrément ou quelque chose qui embellit un objet fonctionnel, mais se fait ADN de l’œuvre à part entière… Une exposition sur le numérique, qui relève finalement de l’onirisme.