Marseille - Jean Dubuffet, un barbare en Europe

MUCEM
Du 24 avril au 2 septembre 2019

Il fait polémique et n’est pas au goût de tous. Malgré ce que l’on peut penser, Jean Dubuffet est indiscutablement un acteur majeur de la scène artistique du XXe siècle et il est certain qu’il a marqué l’histoire. Il est l’inventeur de « l’Art Brut», qu’il crée comme une résistance à l’art et à la culture de son époque. Sa production est impressionnante tant elle est diversifiée et tant ses influences s’entremêlent. L’exposition que lui consacre le MUCEM rassemble une incroyable collection de plus de 300 œuvres issues des plus grandes collections françaises et européennes. Un événement à voir absolument ! Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, ce génie insaisissable a vivement critiqué l’art et la culture de son temps et a balayé d’un revers de la main les valeurs dominantes de l’époque. Pour lui, il n’y a pas de hiérarchie en art, mais seulement de l’invention. En s’inspirant de l’anthropologie, du folklore et du domaine de la psychiatrie, il a sans cesse cherché à renouveler sa démarche créative. Poursuivant le décloisonnement artistique amorcé par les avant-gardes pendant l’entre-deux-guerres, Jean Dubuffet a ouvert de nouvelles voies de création. Cette exposition présente plus de 300 œuvres, dont ses toiles les plus célèbres comme le Géologue ou le Métafizyx, qui montrent comment l’artiste a entremêlé dans son travail ses activités de peinture et d’écriture, autour des recherches qu’il a consacrées à ce qu’il a appelé l’Art Brut. Une occasion rare de cerner toute la diversité de son œuvre et de découvrir un Dubuffet ethnographe, tel un « barbare » au cœur de l’Europe.

  • Quadour Douida, sans titre (Le Jardinier), 1948
  • Réchaud four à gaz II, 1966
  • Paris plaisir, 1962
  • Trinite-Champs Élysées, 1961
  • Affluence, 1961 - cliché 2967

 

Jean Dubuffet a provoqué un tournant ethnographique dans l’art au début du XXe siècle. Bien qu’il soit avant toute chose artiste, il n’a cessé de mettre en œuvre les grands débats en sciences humaines de son époque. Il entremêle dans son travail des activités de  peintures et d’écritures avec les recherches qu’il a consacrées à ce qu’il nomme l’Art Brut. Parmi ces créations les plus marquantes, Le Métafizyx : un corps de femme où l’artiste montre bien l’inversion des genres. L’artiste propose une réflexion encore très actuelle sur la notion d’identité des sexes, dans une sorte de renversement des polarités. Le Géologue, montrant un petit personnage perdu sur un paysage en couches multiples, est une autre façon de montrer que l’homme n’est plus au centre du monde. Pour avoir remis en question les valeurs de la culture dominantes en occident, Dubuffet incarne volontairement le barbare de l’Europe et se fait en même temps porteur des cultures dites « primitives », considérées comme barbares à son époque. Par ce renversement, l’artiste bouscule les consciences et rappelle cette citation de Levi-Strauss : « Le barbare, c’est d’abord l’homme qui croit à la barbarie ». Dans un contexte où cette notion prédomine encore aujourd’hui, il semble pertinent d’interroger la domination d’une culture sur une autre, quand la question des migrants ou des frontières fait encore débat en Europe.