Shunk-Kender, l’art sous l’objectif, 1957-1983

Centre Pompidou
Jusqu'au 5 août 2019

  • Shunk-KenderAutoportraitItalie, vers 1966
  • Shunk-KenderPier 18 John Baldessari, New York, hiver 1970-1971
  • Shunk-KenderPier 18 Dan Graham, New York, hiver 1970-1971
  • Shunk-KenderPier 18 site de réalisation des installations et perfor-mances, New-York, hiver 1970-1971

 

TÉMOINS D’UN CONTEXTE ARTISTIQUE FOISONNANT

Harry Shunk et János Kender se sont rencontrés à Paris en 1957 et s’associent librement pour des commandes d’artistes et de galeristes parisiens. Témoins directs de l’effervescence artistique entre Paris et New-York, allant de la fin des années 1950 jusqu’au début des années 1970, les portraits d’Yves Klein, Jean Tinguely, Andy Warhol et Robert Rauschenberg, pour n’en citer que quelques-uns, en sont des traces inébranlables. Ils tissent avec certains des liens très forts, jusqu’à pénétrer dans leur intimité ou au sein de leurs ateliers de travail. Très vite, le duo va se lier d’amitié avec Yves Klein, d’où vont naître moult clichés. Ils captureront également les célèbres séances de tir de Niki de Saint-Phalle, les arrachages d’affiches de Jacques Villegé, ou encore les premiers jours d’Andy Warhol à Paris. À New-York, le duo photographiera les performances de Yayoi Kusama ainsi que les chorégraphies de Trisha Brown et Merce Cunningham. De part et d’autre de l’Atlantique, les photographies du duo contribuent à la construction de la figure de l’artiste photographié et participent à la diffusion d’œuvres éphémères performatives. Une manière de concevoir l’artiste agissant sur le monde et de remettre en cause les codes traditionnels de la représentation artistique.

Harry Shunk and János Kender are commissioned by artists and gallery owners. Direct witnesses of the artistic effervescence between Paris and New York, from the 1950s to the early 1970s.


Vous aimerez aussi…

© Alex Majoli Magnum Photos
  • Gratuit
  • Photo

Être(s) au travail

Jusqu'au 14 juillet 2019 - Grilles du jardin du Luxembourg //  Plus que jamais, la question du travail se retrouve au centre de tous les débats politiques, économiques et sociaux. Il est une…

© Nan Goldin
  • Photo

Visible / invisible

Domaine de Trianon
Jusqu'au 20 octobre 2019

Ce sont cinq photographes internationaux que le Château de Versailles a choisi d’inviter pour sa douzième édition d’art contemporain. Dans un cadre intime transformé par Marie-Antoinette, le Domaine de Trianon apparaît comme un refuge ; à l’époque déjà, il avait pour effet d’éloigner la reine des contraintes de la cour de Versailles.

Dora Maar, Modèle féminin non identifié de dos, le buste dénudé, vers 1934, Collection Centre Pompidou, Paris© Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-GP © ADAGP, Paris
  • Photo
  • Incontournable

Dora Maar

Centre Pompidou
Jusqu'au 29 juillet 2019

Remarquable parmi tous, son style joue avec la lumière et « oblige les ombres à ne pas grimacer » disait Jacques Guenne.

ISAAZ Alice
  • Photo
  • Cinéma

En Scène !

D’un côté, l’école des comédiens, le cours Florent, qui forme depuis plus de 50 ans des acteurs et résonne comme un espoir de carrière scénique.