Pierre et Gilles érige leur panthéon musical à la Cité de la musique

Cité de la musique
Jusqu’au 23 février 2020

  • For Ever (Stromae), Stromae, Collection privée
  • Nina Hagen, Nina Hagen, Collection Noirmontartproduction, Paris
  • Extase, Arielle Dombasle, 2002, Collection particulière, Paris

 

Pierre et Gilles. La fabrique des idoles

On se souvient tous de la musique sur laquelle nous avons rencontré notre moitié, que ce soit sur « La plus belle pour aller danser » de Sylvie Vartan, « Week-end à Rome » de Etienne Daho ou « Alors on danse » de Stromaé. La Cité de la musique propose aux amoureux nostalgiques de replonger dans leurs plus beaux souvenirs avec une expo pop et colorée consacrée aux portraits de musiciens du duo Pierre et Gilles.

Depuis 1976, les deux artistes français cultivent une œuvre singulière entre photographie et peinture – ils retravaillent chacun de leurs clichés à la peinture – qui emprunte autant à la peinture baroque qu’à l’iconographie hindoue ou à l’imaginaire japonais. Tous les styles et toutes les générations se côtoient dans cette exposition qui prend la forme d’un panthéon musical, de Sylvie Vartan à Stromae, d’Étienne Daho à Nina Hagen, en passant par Claude François, Marilyn Manson, Boy George, Madonna, Lio et Michael Jackson.

Glissez une pièce de monnaie dans ce juke-box géant et envahissez le dancefloor ! La fabrique des idoles nous emmène dans les mondes de la fête, de la mythologie, du rêve et du cauchemar, des années Palace – célèbre boîte de nuit parisienne en vogue au tournant des années 1980 – aux années MTV. Le tout en musique, évidemment. Pétris d’iconographie religieuse, Pierre et Gilles transforment les stars de la chanson en icones chrétiennes dans des œuvres allégoriques aux couleurs acidulées. Arielle Dombasle se mue en une madone nue et sexy tandis que Stromaé apparaît tel un ange au milieu d’un nuage de fleurs.

Les fans de musique révérant leurs artistes préférés ne manqueront pas de s’agenouiller de l’autel musical élevé par les deux artistes, sur lequel trône un poste de télévision diffusant des vidéo clips, entouré de reliques pop, dont autographes et figurines. Les enfants des sixties contempleront avec nostalgie la chambre fictive d’un fan de Sylvie Vartan, avec posters, souvenirs, objets publicitaires ou collectors, où la chanteuse est représentée « comme un garçon », avec cheveux courts et clope au bec.

Les métalleux préféreront le portrait japonisant de Marilyn Manson et Dita Von Teese dans un décor floral étincelant, ou bien encore le portrait coquin de la chanteuse punk allemande Nina Hagen, ligotée à une chaise. De quoi donner des idées à certains …


Du kitsh immersif

Étienne Daho au regard langoureux avec un perroquet sur l’épaule, Stromae au centre d’un bouquet de fleurs, Arielle Dombasle entourée par des lys blancs et des étoiles… Perdez-vous dans l’univers pop éclectique et baroque de Pierre et Gilles, et vous y trouverez peut-être l’iconique Michael Jackson en dieu hindou à la couronne pailletée ou une Nina Hagen à couettes ligotée sur une chaise !

Les créations exubérantes au kitsch assumé du couple d’artistes valaient bien une expérience immersive. Depuis les années 1980, l’esthétique acidulée et décalée de Pierre et Gilles, teintée de codes religieux détournés, est suffisamment singulière pour ne jamais se laisser effacer par les générations de célébrités qui l’habitent.

Et quel meilleur endroit que la Philharmonie pour mettre en place une installation sonore et visuelle rendant hommage au véritable panthéon musical que constituent les musiciens photographiés – et peints – par Pierre et Gilles ? C’est en chansons, de Sylvie Vartan à Madonna en passant par Eddy de Pretto ou Marilyn Manson, que le visiteur entre dans l’univers bien reconnaissable des artistes et découvre les secrets de fabrication des idoles. En musique, les personnalités semblent sortir de leur cadre délirant pour vous offrir un pur moment de fantaisie. A une époque où la photographie réaliste et sobre semble être de rigueur, de telles images fleuries, sexy et colorées sont-elles une réinvention de l’icône religieuse ? Quelle est véritablement la profondeur du décor chargé, le poids des ornements qui entourent les vedettes de la scène ? Peut-on vraiment idolâtrer une star du rock’n’roll comme un saint à l’auréole d’or ? Pour trouver la réponse à ces questions et replonger avec nostalgie dans des décennies de ferveur musicale, partez en pèlerinage pop avec les centaines d’œuvres et pièces de travail de Pierre et Gilles : pochettes d’album, posters, lettres et souvenirs… Les archives pailletées et mystiques de notre pop culture ?

Enter Pierre et Gilles’ pop and colorful universe ! You can meet the biggest stars of the past forty years among hundreds of flowers in a fun and sexy musical experience.