La "tête de patate" : une nouvelle restauration ratée en Espagne

  • « Tête de patate » : une nouvelle sculpture défigurée par un restaurateur amateur en Espagne, à Palencia

 

1

Cette sculpture s'ajoute à la triste série des restaurations ratées. On se souvient déjà du Christ défiguré par une octogénaire en 2012 dans une église de Borja, ou encore du visage épouvantable de la Vierge Marie transformé en juin dernier par un restaurateur quelque peu inventif ! Aujourd'hui, c'est la ville de Palencia qui connaît le même sort, avec le portrait de cette jeune femme métamorphosé en "tête de patate".

Une femme qui fait la grimace

Depuis 1923, cette jeune femme taillée dans la pierre était exposée sur la façade d'une banque située au 9 de la Calle Mayor. Entourée d'une scène pastorale, elle trônait fièrement au-dessus des passants, le sourire aux lèvres. Mais depuis quelque jour, elle semble bel et bien faire la grimace. Sa bouche en cul de poule est isolée au bas du visage, sous un nez tordu et des yeux plus que louches !

Son nouveau visage a été découvert il y a quelques jours par Antonio Guzmán Capel, un artiste peintre local qui le qualifie de « nouveau Christ de Borja » et s’interroge sur l’identité du responsable. Dès lors, les réactions ont été vives pour trouver le meilleur nom à ce nouveau monstre, allant de la "tête de patate" pour The Art Newspaper au "personnage de dessins animés" pour d'autres.

  • Vue de la sculpture après restauration sur la façade du 9 de la Calle Mayor à Palencia

 

1

Une fois de trop

L'Espagne devient tristement célèbre pour ses restaurations ratées. Ce nouveau désastre a une nouvelle fois exaspéré l'Association espagnole des professionnels de la conservation et de la restauration, qui a appelé à ne pas confier de tels travaux à des amateurs. "Ce travail n’a pas été effectué par des conservateurs professionnels, mais par des personnes non qualifiées, sûrement des maçons. C’est pour cette raison que l’ACRE demande à l’État de mettre en place des lois". En effet, la loi espagnole autorise les amateurs à se lancer à cœur joie dans la restauration d'œuvres qu'ils trouvent trop désuètes, au risque de les dégrader.

Pour le moment, l’identité du restaurateur demeure inconnue, mais les recherches se poursuivent. Va-t-on la découvrir prochainement ?


Vous aimerez aussi…

The Beatles, Images of a wowan, 1966

Confinement : quand les Beatles peignaient

Les derniers mois nous l'ont prouvé : le confinement est une période riche pour les plus rêveurs et les plus créatifs d'entre nous. Les Beatles aussi l'ont expérimenté, lors de leur série de concerts de juillet 1966 en Asie.

© Galerie de l'Europe © Yamanobe
  • Gratuit

5 Expositions gratuites à voir ce Week-end

Nos galeries d'art préférées ouvrent à nouveau leurs portes ce week-end après un mois de fermeture forcée. Et quel meilleur moyen de les soutenir que d'aller leur rendre une petite visite ? On vous a préparé une sélection des 5 plus belles expositions à ne surtout pas manquer !

Akrame

* Paris : les restaurants étoilés proposent leur carte en livraison ou à emporter

« Le moral est dans l'assiette » dit l'adage. Et si on prenait un peu le temps de souffler et de se faire plaisir ? On commande, à emporter ou en livraison : ces chefs étoilés proposent une carte adaptée au confinement.

croquis
  • Dessin

Découvrez les premières planches du tout nouveau Blake et Mortimer

Ça y est, Blake et Mortimer sont de retour ! La nouvelle enquête du duo mythique imaginé par Edgar P. Jacobs paraît ce vendredi. On y retrouve le célèbre capitaine du MI5 et son acolyte physicien de nouveau réunis pour affronter leur ennemi juré, le colonel Olrik. En attendant de vous procurer l’album, on vous présente ce tout nouvel épisode, le Cri du Moloch, signé par trois auteurs pleins de talents.