* Cindy Sherman explore le kitsch à l'exposition de la Fondation Louis Vuitton

Fondation Louis Vuitton
Du 23 septembre 2020 au 3 janvier 2021

Cindy Sherman fait son show à la fondation Louis Vuitton. Une rétrospective haute en couleurs comme nulle n’en avait été réalisée depuis plus de 10 ans. Et pour cause, la célèbre artiste et photographe américaine contemporaine a orchestré et scénographié elle-même une exposition qui la raconte en près de 200 œuvres, depuis ses premiers travaux en 1975 jusqu’à ses toutes dernières réalisations de 2020 dont certaines sont inédites. Une étrange galerie de portraits sur fond de couleurs pop, déclinant une seule et même figure, la sienne et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait le même. Ni tout à fait une autre. comme aurait pu le dire Verlaine. Car Cindy Sherman est depuis toujours son seul et unique modèle, à la fois maquilleuse, costumière, éclairagiste, accessoiriste, l’artiste se travestit pour se mettre en scène dans d’innombrables situations. A ceux qui prétendraient qu’elle revisite l’art de l’autoportrait, l’artiste répond que non, elle n’est ici qu’une conteuse d’histoires, une actrice qui se plait à enchainer les rôles. Regards fixes, tenues extravagantes, poses familières comme dans sa première série de photos où elle campe des héroïnes du cinéma hollywoodien jusqu’aux images des pin-up des magazines de charme détournées jusqu’à l’effroi. Les mannequins de défilés se transforment en terribles mégères, plus les vêtements sont glamour plus leurs modèles sont repoussants. Cindy Sherman met la mode en pièce, et les plus grandes marques le lui rendent bien en s’arrachant ses images. Cindy Sherman questionne l’idéal féminin, n’hésitant pas pour cela à mettre le spectateur mal à l’aise. Les années passant, l’artiste transforme son approche photographique, passant des images subtilement détournées au jeu infini des retouches numériques. Elle multiplie les portraits de personnages imaginaires, dont elle est à la fois le modèle et la styliste, l’actrice et la scénariste, la créatrice et la créature. Des images dérangeantes, belles à faire peur, pour cette cendrillon carabosse qui transforme les carrosses en citrouilles. A chacun désormais de décrypter ces œuvres comme il le souhaite, critique d’une société autocentrée, narcissisme théâtral, démontage du beau, mise en lumière des oubliés, pas de discours, pas de titres, l’artiste nous laisse interpréter ses œuvres, comme autant de questionnements sur l'identité et les images d’aujourd’hui.

  • Cindy Sherman, Untitled 92, 1981
  • Cindy Sherman, Untitled 582, 2016
  • Cindy Sherman, Untitled 414, 2003
  • Cindy Sherman, Untitled 465, 2008
  • andy-warhol-ladies-gentlemen-1975. (Cindy Sherman Fondation Vuitton)

 

5

Découvrez l'œuvre flash et colorée de Cindy Sherman, qui mêle stars de la pop-culture et clowns déjantés. A travers 170 créations, l'artiste présente de multiples portraits kitsch qui nous questionnent sur ce que sont l'identité et la norme.

La femme aux mille visages

Cindy Sherman est une énigme. Un extraterrestre tout droit venu d’une galaxie lointaine. Un caméléon qui change d’identité à la vitesse de l’éclair. Une illusionniste qui nous met de la poudre plein les yeux. Inclassable, déconcertante et irrévérencieuse, son œuvre, mélange audacieux de performances et de photographie, est unique en son genre. À la fois modèle et photographe, maquilleuse, coiffeuse et styliste, Cindy Sherman se met en scène dans des portraits kitsch qui se jouent des conventions picturales et sociales, transformant son corps en œuvres d’art à la fois drôles et dérangeantes.

La Fondation Louis Vuitton lui consacre une exposition événement – la première de cette envergure en France depuis 14 ans. 300 images, réalisées entre 1975 et aujourd’hui, nous plongent dans son univers coloré, grotesque et excentrique. Actrice aux mille visages, Cindy Sherman se prend comme propre modèle, se mettant dans la peau de personnages tour à tour drôles et effrayants. Ses œuvres viennent questionner la façon dont l’art et la culture pop (films, télévision, magazines, internet) définissent nos identités, enfermant les individus dans des cases réductrices dont ils peinent à se défaire.

Ses figures foncièrement ambivalentes – notamment celle du clown, à la fois enfantine et monstrueuse – nous offrent un miroir déformant où se reflètent notre société artificielle obnubilée par l’apparence et la jeunesse. Dans la série « Untitled Film Stills », Cindy Sherman détourne les codes des films des années 1950 et 60 où les personnages féminins sont largement stéréotypés. Elle se représente en jeune écolière, les cheveux courts, les yeux bleus apeurés, tout droit sortie d’un film d’horreur, ou bien en femme élégante, telle les héroïnes effacées des films d’Alfred Hitchcock.

Nos photographies de l'exposition :

  • Vue de l'exposition Cindy Sherman
  • Vue de l'exposition Cindy Sherman
  • Vue de l'exposition Cindy Sherman
  • Vue de l'exposition Cindy Sherman
  • Vue de l'exposition Cindy Sherman
  • Vue de l'exposition Cindy Sherman
  • Vue de l'exposition Cindy Sherman
  • Vue de l'exposition Cindy Sherman
  • Vue de l'exposition Cindy Sherman
  • Vue de l'exposition Cindy Sherman
  • Vue de l'exposition Cindy Sherman
  • Vue de l'exposition Cindy Sherman
  • Vue de l'exposition Cindy Sherman
  • Vue de l'exposition Cindy Sherman
  • Vue de l'exposition Cindy Sherman
  • Vue de l'exposition Cindy Sherman
  • Vue de l'exposition Cindy Sherman
  • Vue de l'exposition Cindy Sherman
  • Vue de l'exposition Cindy Sherman
  • Vue de l'exposition Cindy Sherman

 

20

Cindy Sherman revisite la tradition du portrait d’histoire et se grime en aristocrate du XVIIIe à la peau de cire ou en vierge médiévale dont le sein rond s’échappe d’un corset contraignant, s’inspirant de l’univers de grands maîtres tels que Bosch, Arcimboldo ou Goya. Elle va parfois même jusqu’à reproduire sous forme de portraits photographiques des tableaux célèbres, comme le Bacchus malade de Caravage ou La Fornarina de Raphaël. Parfois plus trash voire pornographique, son œuvre met en scène des masques et des prothèses, des cadavres, ou encore des poupées amputées prenant des poses obscènes.

Une exposition qui ne laissera personne insensible !

Discover Cindy Sherman’s unclassifiable work at the Louis Vuitton Fondation through 300 pictures/performances that question female stereotypes conveyed by art and pop culture. Weird and fascinating !