Adobe
Adobe

Benjamin Baccarani, l'exposition révélation à la Galerie de l'Europe

Galerie de l'Europe
Du 10 mars au 3 avril 2021

Benjamin Baccarani est ce que l’on appelle une étoile montante de l’art contemporain. A moins de 30 ans, le jeune artiste – plus connu sous le nom de Bacca – a déjà été repéré à la Fiac au Grand Palais, et a exposé ses oeuvres de Paris à Vancouver ou à San Francisco. Aujourd’hui nous nous rendons au cœur de Saint-Germain-des-Prés pour admirer sa nouvelle série qui se présente comme une échappée de la mémoire. A première vue, on découvre des masses de couleurs pop et pastel, laissant apparaître quelques traces diffuses et énigmatiques. De loin, certains verront des motifs abstraits et décoratifs alors que d’autres y verront se dessiner des continents comme une cartographie du monde… Mais ces zones troubles ont bel et bien quelque chose à nous dire. Approchons-nous de ces œuvres, captivé par ce que la toile laquée semble vouloir nous cacher… Observez ici un visage, là un regard, un objet design ou un produit de consommation. Comme des souvenirs qui remonteraient à la surface, si l’on accepte de creuser un peu. Creuser justement, c’est toute l’approche de l’artiste qui écorche alors la matière, travaillée en strates comme les couches du temps qui se seraient accumulées, effaçant progressivement les images sous une peinture épaisse et miroitante. Des images d’un autre temps, encapsulées dans la peinture comme un arrêt sur image qui ravive les mémoires et les sauvent de l’oubli. Car si Bacca fait partie de la génération digitale, il se fait aussi le messager d’un monde qui va vite, parfois trop vite, déversant chaque jour des centaines de millions d’images sur les réseaux sociaux, autant de photographies qui se perdent dans la nébuleuse numérique et que l’on ne regarde plus. A peine capturés dans nos smartphones que ces clichés de l’instant sont déjà obsolètes, dépassés, oubliés. Avec ses œuvres hybrides, mêlant peinture, sculpture dans la matière et photographies, Bacca révèle une maîtrise virtuose de la palette d’un artiste complet.

Le résultat est saisissant. Au-delà des qualités esthétiques de ses toiles, nous nous prenons au jeu, tentant de décrypter ces fragments d’images, exhumés de l’abîme du numérique par l’artiste, comme pour les réveiller d’un trop long sommeil… Un message en filigrane qui nous ouvre les yeux.

  • Benjamin Baccarani, Judy messed with my head
  • Benjamin Baccarani, Orange 03, Penny used to be in love with a cowboy
  • Benjamin Baccarani, The pink flamin goes will dance again, but under the rain this time
  • Benjamin Baccarani, Pink 01, YES but only if you insist
  • Benjamin Baccarani, Stop acting like monkeys in a banana factory
  • Benjamin Baccarani, Nasa hores
  • Benjamin Baccarani, Let's make another one just like the other one
  • Benjamin Baccarani, Who the hell is Pablo anyway ?
  • Benjamin Baccarani, Your messed up childhood ain't an excuse to be a douche
  • Benjamin Baccarani, Ain't never too early for a whiskey
  • Benjamin Baccarani, Izzie ain't so nice underneath her mask
  • Benjamin Baccarani, Karen only drinks room temperature champagne
  • Benjamin Baccarani, Stay on the fairway jose
  • Benjamin Baccarani, Her will sit and go away

 

14

L’œuvre hybride de Benjamin Baccarani, artiste français qui commença par étudier la photographie commerciale aux Etats-Unis, se loge sur la crète entre l’oubli et la mémoire : interpellé par la culture de l’image numérique, « Bacca » décide de rompre avec ses projets pour se concentrer sur sa pratique artistique dans laquelle il interroge la relation entre mémoire et photographie, à l’heure où les réseaux sociaux et la logique de l’instantanéité semblent avoir totalement dépossédé les images de leur fonction première. Ainsi l’artiste infuse-t-il dans ses œuvres la rencontre anachronique entre le numérique et la matérialité de certains supports, entre collages, peintures et procédés de tirage, pour évoquer cet appauvrissement du médium photographique. Bacca fait alors revenir d’entre les morts ces images destinées à l’oubli – qui sont déversées chaque jour par centaines de millions sur les réseaux sociaux et presque aussitôt remplacées par d’autres flux – pour leur offrir une consistance inespérée. Avec sa série Escape through the peephole, alliage de peinture acrylique et de collages, l’artiste semble prendre le pouls de la culture digitale à partir de fragments d’images qui composent des sortes de sismographies colorées dans lesquelles se reflète d’ailleurs sa propre image. Peut-être plus fascinant encore est sa série Nystagmus, où l’artiste s’essaye au cyanotype, une technique de tirage photographique (mise au point par l’astronome John Herschel en 1842) qui a pour caractéristique ce rendu bleu cyan si particulier et qui confère un aspect quasi fantomatique aux tirages. Le résultat est effectivement saisissant, dans la mesure où l’artiste convoque des techniques qui pourraient aujourd’hui sembler dépassées car trop coûteuses, trop lentes et au fond trop archaïques, mais qui n’ont pourtant pas perdu de leur puissance révélatrice : le selfie le plus banal, exhumé de l’abîme du numérique, est soudainement sublimé par sa participation à l’œuvre de l’artiste, qui nous invite ainsi à questionner le statut que nous attribuons consciemment ou non aux images. Une exposition à découvrir sans attendre à la Galerie de l'Europe !

Nos photos de l'exposition :

  • Vue de l'exposition Benjamin Baccarani à la Galerie de l'Europe
  • Vue de l'exposition Benjamin Baccarani à la Galerie de l'Europe
  • Vue de l'exposition Benjamin Baccarani à la Galerie de l'Europe
  • Vue de l'exposition Benjamin Baccarani à la Galerie de l'Europe
  • Vue de l'exposition Benjamin Baccarani à la Galerie de l'Europe
  • Vue de l'exposition Benjamin Baccarani à la Galerie de l'Europe
  • Vue de l'exposition Benjamin Baccarani à la Galerie de l'Europe
  • Vue de l'exposition Benjamin Baccarani à la Galerie de l'Europe
  • Vue de l'exposition Benjamin Baccarani à la Galerie de l'Europe
  • Vue de l'exposition Benjamin Baccarani à la Galerie de l'Europe
  • Vue de l'exposition Banjamin Baccarrani à la Galerie de l'Europe
  • Vue de l'exposition Benjamin Baccarrani à la Galerie de l'Europe
  • Vue de l'exposition Benjamin Baccarani à la Galerie de l'Europe
  • Vue de l'exposition Benjamin Baccarani à la Galerie de l'Europe
  • Vue de l'exposition Benjamin Baccarani à la Galerie de l'Europe
  • Vue de l'exposition Benjamin Baccarani à la Galerie de l'Europe
  • Vue de l'exposition Benjamin Baccarani à la Galerie de l'Europe

 

17


Vous aimerez aussi…

Edouard Sacaillan, Galerie Minsky, Spectateurs III, Edouard Sacaillan, 2021
  • Gratuit

Edouard Sacaillan, le peintre des visages exposé à la galerie Minsky

Galerie Minsky
Prochainement

La Galerie Minsky vous invite à sa nouvelle exposition avec l'artiste Edouard Sacaillan. Dans ses toiles, le peintre travaille sur la frontière entre le réel et l’imaginaire et s’attache à dépeindre les visages qu’il croise dans les cinémas, dans les espaces publics, dans le métro, chaque visage s’offrant à lui comme un livre ouvert.

Ivana Zivic à la Galerie Boris, Ivana Zivic,Le Repos 2020
  • Gratuit

Les silhouettes d'Ivana Živić exposées à la galerie Boris

Galerie Boris
Prochainement

La Galerie Boris vous donne rendez-vous avec l'artiste Ivana Živić pour sa nouvelle exposition.

D_01 003
  • Gratuit

L'exposition Tierradentro au Drawing Lab Paris

Drawing Lab
Jusqu'au 17 juin 2021

Comment raconter la culture et la faire survivre ? C’est la question que pose la nouvelle exposition Tierradentro au DrawingLab.

Frechot. "Le parvis de Notre-Dame", Paris (IVème arr.). Aquarelle. 1833. Paris, musée Carnavalet.

Dans le cœur de Notre-Dame de Paris

Crypte archéologique de l'Ile de la Cité
Prochainement

Il y a aujourd’hui trois cent quarante-huit ans six mois et dix-neuf jours que les Parisiens s’éveillèrent au bruit de toutes les cloches sonnant à grande volée.» Ces premiers mots du roman de…


Adobe