Adobe
Adobe

Visages du Rhône, fleuve roi, l’exposition à découvrir sur les grilles du jardin du Luxembourg

Grilles du jardin du Luxembourg
Jusqu'au 14 juillet 2021

  • Camille Moirenc, Exposition Visages du Rhône, fleuve roi, Jardin du Luxembourg
  • Camille Moirenc, Exposition Visages du Rhône, fleuve roi, Jardin du Luxembourg
  • Camille Moirenc, Exposition Visages du Rhône, fleuve roi, Jardin du Luxembourg
  • Camille Moirenc, Exposition Visages du Rhône, fleuve roi, Jardin du Luxembourg
  • Camille Moirenc, Exposition Visages du Rhône, fleuve roi, Jardin du Luxembourg
  • Camille Moirenc, Exposition Visages du Rhône, fleuve roi, Jardin du Luxembourg
  • Camille Moirenc, Exposition Visages du Rhône, fleuve roi, Jardin du Luxembourg
  • Camille Moirenc, Exposition Visages du Rhône, fleuve roi, Jardin du Luxembourg
  • Camille Moirenc, Exposition Visages du Rhône, fleuve roi, Jardin du Luxembourg
  • Camille Moirenc, Exposition Visages du Rhône, fleuve roi, Jardin du Luxembourg
  • Camille Moirenc, Exposition Visages du Rhône, fleuve roi, Jardin du Luxembourg
  • Camille Moirenc, Exposition Visages du Rhône, fleuve roi, Jardin du Luxembourg
  • Camille Moirenc, Exposition Visages du Rhône, fleuve roi, Jardin du Luxembourg
  • Camille Moirenc, Exposition Visages du Rhône, fleuve roi, Jardin du Luxembourg
  • Camille Moirenc, Exposition Visages du Rhône, fleuve roi, Jardin du Luxembourg

 

15

« Une invitation à un voyage source de réflexion. » Les grilles du Jardin du Luxembourg accueillent la magnifique exposition Visages du Rhône, Fleuve roi du photographe Camille Moirenc. Conçue comme une épopée initiatique le long de ce fleuve binational — qui prend sa source dans les glaciers suisses avant de traverser une partie de la France et de se jeter dans la Méditerranée — l’exposition revêt une dimension certes esthétique mais surtout écologique. À travers 80 photographies (30 en Suisse et 50 en France), Camille Moirenc nous invite, en montrant la beauté du fleuve, à nous alarmer de sa réalité écologique. En effet, le Rhône pourrait perdre 40% de son eau d’ici 2050, en plus de sa biodiversité mise en péril par les polluants déversés par l’homme. L’exposition se présente donc comme un outil de sensibilisation, toujours dans un objectif de « cultiver le respect de ce qui est, de l’environnement », explique le photographe. Un condensé de quinze ans de travail autour de ce fleuve roi qui sublime les territoires qu’il traverse et accompagne les constructions nées de la main de l’homme : ponts, villages et industries. Tantôt serpent sillonnant de nuit les torrents alpins, fleuve nourricier et outil de transport des amoureux de navigation, le Rhône se pare de reflets d’or et d’argent sous les yeux des spectateurs, transis. À travers ces clichés intimes, Camille Moirenc nous offre à voir la véritable histoire d’amour qui l’unit au fleuve. Un fleuve personnifié dont il dresse un portrait délicat tel un romancier le ferait de sa muse. « Des clichés inspirés par ses formes et ses lumières, par ses états d’âme, ses mille et une humeur qui dessinent ses mille et un visages », comme l’indique Camille Moirenc en personne. Cet hymne à l’amour n’en demeure pas moins un appel à l’aide. En montrant les forces et les faiblesses du Rhône, le photographe enjoint les citoyens à comprendre les dangers qui menacent le fleuve pour mieux le préserver. Pensée comme un véritable parcours didactique, l’exposition s’accompagne d’un site internet dédié visagesdurhone.com. Interactif — le site se parcoure de haut en bas en glissant la souris qui suit le circuit du fleuve — il propose un espace pédagogique avec deux supports téléchargeables à destination des parents et enseignants. Un voyage aux images à couper le souffle qui ne laisseront personne indemne.



Adobe