Musée de la Grande Guerre de Meaux
Musée de la Grande Guerre de Meaux

La pharmacie de Damien Hirst exposée à la galerie Gagosian

Gagosian
Jusqu'au 22 septembre 2021

  • Damien Hirst, Dad and Mum, 2021 (détail)
  • Damien Hirst, The Plague, 2011 (détail)
  • Damien Hirst, The Days, the Hours, the Minutes, the Seconds, 2008 (détail)
  • Damien Hirst, Great Dying, 2006 (détail)
  • Damien Hirst, The Emptiness Below Us, 2006 (détail)
  • Damien Hirst, Great Dying, 2006 (détail)
  • Damien Hirst, When the Heart Speaks, 2005 (detail)

 

7

« Je ne comprends pas pourquoi la plupart des gens croient en la médecine et ne croient pas à l’art, sans jamais les remettre en question ». C’est désormais chose faite avec la nouvelle exposition consacrée au scandaleux Damien Hirst. Fidèle à son cynisme, l’enfant terrible des Young British Artists, habitué aux coups d’éclats, transforme la galerie Gagosian en une pharmacie géante. Des milliers de petites pilules multicolores, soigneusement alignées sur des étagères en aluminium ornent les murs de l’espace parisien dans un silence absolu. Les couleurs acidulées des cachets, certains véritables, simplement sortis de leurs emballages, d’autres fabriqués de toute pièce en résine, en plâtre ou en métal, s’opposent aux murs d’un blanc chirurgical. Amorcés par l’artiste britannique dès la fin des années 90, les célèbres Pill Cabinets nous confrontent directement à notre consommation de petits comprimés, tout en interrogeant notre confiance, parfois aveugle, dans la pharmacopée, érigée par nos sociétés contemporaines comme ultime panacée. Une dichotomie subsiste alors, les petites pilules de Damien Hirst étant autant le symbole du remède que celui du mal. Une œuvre infiniment troublante, relue différemment au lendemain d’une crise sanitaire sans précédent..



Musée de la Grande Guerre de Meaux