Trésors de Kyoto
Trésors de Kyoto

Anamorphoses, de Felice Varini à Nicolas Combarro

Du 30 mai au 29 juillet 2018 -
Maison Européenne de la Photographie //

  • Vue de l'exposition Nicolas Combarro
  • Vue de l'exposition Nicolas Combarro
  • Vue de l'exposition Nicolas Combarro
  • Vue de l'exposition Nicolas Combarro
  • Vue de l'exposition Nicolas Combarro
  • Vue de l'exposition Nicolas Combarro

 

Depuis quelques temps, la Cité de Carcassonne se pare d’étranges rayures jaunes. Ces rayons solaires partent dans tous les sens, n’offrant aux visiteurs de ce bâtiment médiéval qu’incompréhension… À moins que. En se plaçant au bon endroit, les murs de pierre se voient finalement habillés de 15 cercles concentriques, presque électriques, donnant de l’énergie à la citadelle. Signée Felice Varini, cette œuvre n’est pas la seule à tromper notre perception : l’anamorphose s’invite dans l’art. À la Maison Européenne de la Photographie, c’est l’Espagnol Nicolás Combarro qui joue avec l’architecture et déforme son image à l’aide d’un système optique. À grands renforts de collages ou de peintures, l’artiste contemporain modifie l’espace, révèle des formes cachées et offre une seconde vie à des lieux abandonnés. Une sorte de reconstruction de l’espace, qu’il faut savoir observer d’un bon œil pour en saisir toute la logique. Ses photographies immortalisent ainsi ses illusions d’optique et notre déboussolement. Car notre corps est obligé de se mettre en mouvement et en réflexion, de questionner ses repères, pour comprendre le bâtiment qui, comme la vieille Cité de Carcassonne, peut avoir besoin d’un regain d’attention.

Nicolás Combarro’s pictures shows his architecture’s transformations created by an optical illusion, called anamorphosis.

>> Découvrir l'œuvre de Felice Varini



Trésors de Kyoto