Requiem pour les Barthélemy
Requiem pour les Barthélemy

Batia Suter - Radial Grammar

Jusqu'au 26 août 2018 -
Le Bal //

  • BATIA SUTER - Radial Grammar | LE BAL
  • BATIA SUTER - Radial Grammar | LE BAL
  • BATIA SUTER - Radial Grammar | LE BAL
  • BATIA SUTER - Radial Grammar | LE BAL
  • BATIA SUTER - Radial Grammar | LE BAL
  • BATIA SUTER - Radial Grammar | LE BAL
  • BATIA SUTER - Radial Grammar | LE BAL
  • BATIA SUTER - Radial Grammar | LE BAL
  • BATIA SUTER - Radial Grammar | LE BAL
  • BATIA SUTER - Radial Grammar | LE BAL
  • BATIA SUTER - Radial Grammar | LE BAL
  • BATIA SUTER - Radial Grammar | LE BAL
  • BATIA SUTER - Radial Grammar | LE BAL
  • BATIA SUTER - Radial Grammar | LE BAL
  • BATIA SUTER - Radial Grammar | LE BAL
  • BATIA SUTER - Radial Grammar | LE BAL
  • BATIA SUTER - Radial Grammar | LE BAL
  • BATIA SUTER - Radial Grammar | LE BAL
  • BATIA SUTER - Radial Grammar | LE BAL
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City
  • © Expo in the City

 

Aurions-nous pu trouver mieux que Le BAL, ancien cabaret et “hôtel d’amour”, haut lieu de fête et de plaisir, guinguette des années folles, pour laisser libre court à l’imagination de Batia Suter ? Dans ce lieu aujourd’hui dédié à l’image, l’artiste se voit offrir une carte blanche. Certainement pas par hasard. Passionnée – habitée – par ce lieu, ses caves, ses sous-sols, elle décide de s’en imprégner tout entier : son oeuvre s’y déploie sans pudeur sur le moindre espace. Dans cette installation in situ, l’artiste suisso-néerlandaise confronte ainsi images, sculptures et projections. Mélangeant photographies de sculptures et photographies de peintures, ajoutées aux nombreux portraits, ces visages qui la touchent tant, elle appose les techniques librement. Elle n’a plus qu’à les regarder faire, les observer interagir entre elles. Tel est le secret de ses photomontages aléatoires. En collectionnant depuis plus de trente ans des images imprimées préalablement découpées, provenant de magazines ou de manuels divers, elle se crée une base de données visuelles, dans laquelle elle n’a plus qu’à piocher. L’évidence apparaît alors d’elle-même. L’apposition est réussie lorsque les images dialoguent. De ce fait, l’image est détachée de son but originel : son unique condition désormais est de communiquer avec les autres. Dans Radial Grammar, le visiteur se retrouve face à cette multitude d’images glanées au fil des années. Pour autant, il n’en est jamais déboussolé. Car lui aussi, à son tour, peut dans son imaginaire créer de nouvelles combinaisons visuelles. Enfin un puzzle où peu importe l’ordre des pièces, celles-ci finissent toujours par s’assembler.

> On a vu, on vous raconte : l'exposition Batia Suter, Radial Grammar au BAL

Once the images have been collected for 30 years, Batia Suter starts her montage for these in situ works, unfolding through every corner of Le BAL.


Expo précédente


Requiem pour les Barthélemy