Requiem pour les Barthélemy
Requiem pour les Barthélemy

MARSEILLE // Chroniques Parallèles - Exposition Lauréats Audi Talents

Jusqu'au 14 octobre 2018 -
Friche Belle de Mai //

  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • © André Morin
  •  © André Morin
  • © André Morin
  • © André Morin
  • © André Morin
  • © André Morin
  • (c) Eric Minh Cuong Castaing et Marc Da Cun Ha Lopes
  • © André Morin
  • ©jcLett
  • (c) Eric Minh Cuong Castaing et Marc Da Cun Ha Lopes
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • © André Morin
  •  © André Morin
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • © André Morin
  • © André Morin
  • © André Morin
  • © André Morin
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • ©jcLett
  • © André Morin
  • © André Morin
  • © André Morin
  • © André Morin
  • © André Morin
  • © André Morin
  • © André Morin
  • © André Morin
  • © André Morin

 

Après leur passage au Palais de Tokyo, les quatre lauréats du Prix Audi Talents – programme qui soutient depuis 2007 les artistes émergents en arts visuels – font une entrée fracassante à la Friche la Belle de Mai à Marseille avec l’exposition Chroniques Parallèles. Anne Horel, Emmanuel Lagarrigue, Hugo L'ahelec et Eric Minh Cuong Castaing, un quatuor d’artistes aux univers distincts, y révèlent leur réflexion commune : dépasser les limites de leur médium. Un questionnement qui résonne étrangement avec les préoccupations générationnelles. Nouvelles technologies, comportement des médias contemporains, rapport au corps et à la beauté dans une société « photoshopée » où savoir mettre sa vie « en scène » sur les réseaux prime sur nos relations… Chacun se reconnaîtra aisément dans les projets de ces artistes éclairés. Œuvres immersives, art digital et mise en scène contemporaine vous feront ainsi basculer dans l’écran. Mais la touche humanisante persiste, cependant. Le chorégraphe Castaing présente son film L’Âge d’or, une rencontre entre des danseurs professionnels et des enfants handicapés d’une grande émotion. Réelle et sincère.

> On a vu, on vous raconte : l'exposition Chroniques parallèles, lauréats Audi Talents 2017 à la Friche Belle de Mai


Expo suivante


Requiem pour les Barthélemy