Pâques
Pâques

Actu – Jeff Koons accusé d'avoir plagié une publicité Naf-Naf

Le Chien contre le Cochon //

C’était en 1985. Une jeune femme brune allongée dans la neige, certainement victime d’une avalanche, se voyait être secourue par un petit cochon rose, un tonnelet de Saint-Bernard autour du cou. Cette scène étonnante était alors celle d’une campagne de publicité pour la célèbre marque de prêt-à-porter Naf-Naf.
En 1988, le cliché est devenu sculpture. La jeune femme porte un haut en résille et le cochon est flanqué de pingouins. Seulement cette fois, Naf-Naf n'y est pour rien : ceci est une œuvre de l’artiste contemporain le plus cher au monde, Jeff Koons.
Coïncidence ou copie sans vergogne ? Telle est la question qui s’est posée hier, lundi 24 septembre 2018, lors du procès : le créateur des publicités de la marque accuse le plasticien de plagiat. Franck Davidovici considère en effet que l’artiste a réalisé une contrefaçon de sa campagne Fait d’hiver. Il demande au tribunal de grande instance de Paris la confiscation de cette sculpture scandaleuse et près de 300 000 € de dommages et intérêts.

« C'est la même œuvre en trois dimensions, à laquelle Jeff Koons a ajouté des fleurs et deux pingouins pour évoquer le froid, ce qui vise à coller à l'œuvre d'origine. Le discours est strictement le même », déclare son avocat. « Il parachève le plagiat en donnant à son œuvre le même titre que la publicité, Fait d'hiver », ajoute-t-il.
Il est vrai que cette démarche sans gêne est plutôt osée, surtout quand on connait le passé trouble de Jeff Koons en matière de plagiat. D’ailleurs, sa série Banality, dont fait partie Fait d’hiver, serait basée sur cette « appropriation » explique le président du Centre Pompidou qui exposait en 2014 l’œuvre en question : « Le principe même est de fonctionner à partir d'objets achetés dans le commerce ou d'images qui viennent de la publicité ou de magazines ». Une autre œuvre de cette série, Naked était la contrefaçon d’un cliché signé Jean-François Bauret. Aujourd’hui c’est donc la société Jeff Koons LLC tout entière qui est jugée, pour les beaux yeux de cette porcelaine so kitsch.

Le 8 novembre 2018, Jeff Koons a été jugé coupable. Ce dernier, ainsi que le musée Pompidou, qui avait exposé la sculpture compromettante, devront payer la somme de 135 000 € au plaignant. Ce nombre semble bien dérisoire quand on sait qu'une des trois sculptures plagiées par Koons s'est vendue plus de quatre millions de dollars en 2007.


Vous aimerez aussi…

© Clément Carpentier
  • Actu
  • Scandale

Scandale – Banksy soutient-il les Gilets jaunes ?

Banksy a encore frappé ! // À Bordeaux, une peinture rappelant fortement la « Petite fille au ballon » a été repérée par les passants. Évidemment, depuis son apparition ce week-end, la fameuse…

© Christophe Pelé Opéra national de Paris
  • Actu
  • Scandale

Scandale - Oeuvre polémique à l'Opéra Garnier

Une installation qui fait grincer des dents // Depuis le 30 décembre 2018, le majestueux escalier de l’Opéra de Paris a été orné de deux pneus dorés géants pour les 350 ans de ce temple français de…

© MICHEL EULER / AP
  • Actu
  • Scandale

Scandale - Quand la restitution fait débat

Coup de théâtre à l’Élysée ce vendredi 23 novembre // Ce qui devait être une simple réunion s’est transformé en un moment fort de l’histoire de France. En effet, l’Élysée a annoncé que 26 œuvres…

BEVERLY HILLS, CA - NOVEMBER 14: American contemporary artist, Ron English. Photo : Barbara Davidson/Getty Images)
  • Scandale
  • Contemporain

Actu - Il achète un Banksy pour le repeindre en blanc

En ce moment, il semblerait qu’on aime autant qu’on abîme les toiles du street artiste… // Ron English, un street artiste américain, a acquis l’œuvre de Banksy « Slave Labour » (2012) il y a…


Pâques