Wright Morris, L'essence du visible

Fondation Henri Cartier-Bresson
Jusqu'au 29 septembre 2019

  • Wright Morris, Silo à grains Gano, Western Kansas, 1940
  • Wright Morris, The Home Place, Norfolk, Nebraska, 1947 (2)
  • Wright Morris, The Home Place, Norfolk, Nebraska, 1947
  • Wright Morris, Tiroir de commode, Ed’s Place, Norfolk, Nebraska, 1947© Estate of Wright Morris
  • Wright Morris, Tombstone, Arizona, 1940
  • Wright Morris,The Home Place, Norfolk, Nebraska, 1947 © Estate of Wright Morris
  • Wright Morris, Cabinet extérieur, Nebraska, 1947

 

L'ESSENCE DU VISIBLE

L’écrivain américain du XXe siècle Wright Morris s’est également essayé à la photographie, cherchant à capturer « l’essence du visible ». La photographie aide l’écrivain à saisir ce qu’il tentait jusque-là de « capturer avec des mots ». C’est ainsi qu’il a écrit des «.photo-textes.» dans lesquels les mots de fiction se combinent aux images. Tandis que ses fictions se centrent souvent sur des personnages flamboyants, ses photographies ne montrent quasiment jamais personne, ce qui ne les empêche pas de mettre en évidence la vie avec des objets tels que des chaises, des miroirs, des voitures ou même des architectures de bois. C’est ainsi qu’il rend visible l’invisible.

Wright Morris was a renowned writer and affective photographer. Pairing photographs with his own writing, Morris pioneered a new tradition of “photo-texts”.


Expo suivante